La FCC (Federal Communications Commission) a tout récemment décidé de révoquer la licence de China Telecom aux États-Unis. Le régulateur américain estime que l'opérateur chinois est susceptible de se conformer aux demandes du gouvernement chinois et ainsi de lui offrir la possibilité d'accéder aux communications américaines.

Le plus grand opérateur chinois est révoqué des États-Unis

Dans un communiqué de presse publié le 26 octobre 2021, la FCC a déclaré que : « la filiale de China Telecom aux États-Unis n'avait pas réussi à rassurer les autorités américaines sur les soupçons pesant sur ses relations avec le gouvernement chinois ». En décembre 2020, la FCC avait lancé une procédure qui devait permettre à China Telecom d'apporter des preuves de sa bonne foi. Sur la base des éléments fournis, la Federal Communications Commission a décidé de révoquer la licence de l'opérateur chinois.

Invoquant des problèmes de sécurité nationale, l'agence a voté à l'unanimité en faveur de cette révocation. Par le biais d'une ordonnance, l'entreprise China Telecom America, filiale du plus grand opérateur public chinois, dispose de 60 jours pour cesser l'ensemble de ses activités aux États-Unis. Une politique dans la lignée de celle menée par Donald Trump. En effet, dans d'autres proportions, la précédente administration américaine avait décidé de placer un certain nombre d'entreprises sur liste noire (dont Xiaomi et la Commercial Aircraft Corporation of China) pour les empêcher d'exercer sur le sol américain.

La FCC s'inquiète des liens entre Pékin et China Telecom

Dans son communiqué, le régulateur précise ceci : « le fait que China Telecom America soit détenue et contrôlée par le gouvernement chinois pose des risques significatifs pour la sécurité nationale et l'application de la loi. Nous pensons que le gouvernement chinois peut accéder, stocker, interrompre et/ou détourner les communications américaines, ce qui leur permet de perpétrer des actes d'espionnage et d'autres activités nuisant aux Etats-Unis ».

Aux côtés du ministère de la justice, la Commission se donne pour mission d'assurer la sécurité nationale du pays. Selon ses membres, la révocation de China Telecom aux États-Unis permet justement de remplir cette mission de protection de l'infrastructure des télécommunications de la nation, contre une menace potentielle venant de la Chine. Cette décision prouve l'arrivée de Joe Biden au pouvoir n'a pas réduit les tensions entre les États-Unis et la Chine. Le président américain récemment élu a également décidé d'interdire les investissements américains dans les technologies de surveillance chinoises.