En chine, la maison-mère de TikTok, ByteDance, a demandé à ses employés de réduire leur temps de travail. Une démarche pensée pour le bien-être des travailleurs, mais également pour répondre aux attentes de Pékin.

Ce qui va changer

C’est dans une note interne que le média Bloomberg a pu consulter que la nouvelle a été dévoilée. Désormais, les employés de ByteDance doivent travailler de 10 heures à 19 heures. S’ils veulent dépasser ces horaires, ils doivent en demander la permission à leur direction au moins un jour à l’avance. Par ailleurs, le temps de travail supplémentaire ne peut plus excéder trois heures durant la semaine, et huit heures les week-ends. Dans ce cas, ils recevront une compensation allant jusqu'à trois fois leur salaire normal.

« Une nouvelle politique entrée en vigueur aujourd'hui décourage les employés de travailler en dehors de leurs heures normales de travail », a ainsi déclaré Fan Ning, responsable des relations publiques de ByteDance, avant d’ajouter que le nouveau système « est destiné à garantir que les employés puissent exiger une rémunération raisonnable ».

Illustration du logo de TikTok.

La maison-mère de TikTok est l'un des premiers géants technologiques chinois à prendre une telle mesure. Illustration : Alexander Shatov / Unsplash

Le « 996 » remis en cause par Pékin ?

Ces mesures vont directement à l’encontre du fameux « 996 » chinois, qui pousse les employés du pays à travailler de 9 heures à 21 heures six jours par semaine. Cette semaine de soixante-douze heures très éreintante a longtemps été plébiscitée par les dirigeants des big tech en Empire du Milieu, notamment par Jack Ma qui l’a qualifiée de « grande bénédiction ».

Ce système a toutefois été remis en question par les autorités cette année, notamment car plusieurs décès lui ont été associés. Alors que le président Xi Jinping fait la promotion de la « prospérité commune », il encourage les entreprises à ne pas faire travailler leurs employés dans des conditions déraisonnables. Récemment, d’autres firmes chinoises issues du secteur de la tech, à l’instar de Meituan, Kuaishou ou ByteDance, ont d’ailleurs annulé un système connu sous le nom de « grande semaine, petite semaine ». Celui-ci n'offrait qu’un dimanche libre sur deux au personnel.

Il est évident que le contexte actuel en Chine, avec des autorités qui contrôlent bien plus sévèrement ses géants technologiques, joue un rôle dans la décision de ByteDance. Ces derniers ne souhaitent absolument pas froisser le gouvernement et ne pas faire de vagues. Ainsi, l’annonce de l’entreprise, qui devient l’une des premières big tech chinoises à autant réduire le temps de travail de ses employés, fait suite aux plaintes de nombreux travailleurs dans le secteur de la tech. Le mois dernier, nombre d’entre eux ont en effet partagé leurs heures de travail pour protester contre un système incroyablement chronophage et difficile.