Twitter a publié (pdf) ses résultats du troisième trimestre 2021. Son chiffre d’affaires a bondi de 37% sur un an, pour s’établir à 1,28 milliard de dollars. Ses ventes de publicités ont augmenté de 41% depuis 2020.

Twitter n’est pas 'publicité ciblée dépendante', c’est bien

À l’instar de Google et contrairement à Facebook et Snapchat, la nouvelle politique de confidentialité d’Apple n’a que marginalement impacté le réseau social. Dans sa lettre aux actionnaires Twitter se montre prudent, il estime qu’il « est encore trop tôt pour que Twitter évalue l'impact à long terme des modifications d'iOS liées à la vie privée d’Apple ».

En réalité, le site de microblogging a toutes les chances de se sortir honorablement de cette difficulté : la publicité ciblée n’y occupe pas une place aussi importante que pour d’autres. 85% des revenus de Twitter viennent de campagnes de marque centrée sur la notoriété, moins affectées donc. Le fonctionnement du réseau permet aux annonceurs d’avoir un aperçu des communautés et sujets préférés des utilisateurs sans un suivi trop invasif.

Twitter est également parvenu à augmenter son nombre d’utilisateurs actifs monétisables de 13%. Une hausse supérieure à celle du deuxième trimestre, 11%. Cela représente 5 millions d’utilisateurs en plus pour un total de 211 millions.

Les dettes coûtent cher, les objectifs restent

Seule ombre au tableau, le bénéfice net. Au troisième trimestre 2020 il s’était établi à 29 millions de dollars, en 2021 il s’agit plutôt d’une perte nette de 537 millions de dollars. Cette différence phénoménale s’explique par le règlement de 809,5 millions de dollars à la suite d’une affaire judiciaire de 2016. Twitter avait été accusé par ses actionnaires de donner des statistiques trompeuses sur l’utilisation de son réseau.

Pour atteindre un chiffre annuel de 7,5 milliards d’euros, objectif fixé par Jack Dorsey, PDG et cofondateur de la plateforme, Twitter compte vendre MoPub. Une société de publicité mobile, tout est dans le nom, à AppLovin pour 1,05 milliard de dollars. L’opération devrait se conclure au premier trimestre 2022.

Le réseau social vise également à se diversifier. Chacun garde en mémoire l’échec des fleets, les stories made in Twitter, supprimées en juillet. L’entreprise à d’autres idées, notamment sur la publicité. Parmi elles « shop module », la possibilité pour un service marchand de présenter ses produits épinglés et pour le client de l’acheter sans quitter la plateforme. Une version pilote doit sortir au cours du trimestre.