Spotify a publié ses résultats financiers sur le troisième trimestre 2021. Des résultats très positifs pour la plateforme de streaming audio, au-delà de la plupart de ses prévisions, à l’image de ceux de son second trimestre. Son nombre d'abonnés est quant à lui conforme aux prévisions, avec une augmentation de 19%, et les podcasts dépassent les attentes.

Concrètement, le nombre d’utilisateurs mensuels sur Spotify est passé de 365 millions au second trimestre 2021, à 381 millions, « ce qui est proche de la limite supérieure de nos prévisions », explique l’entreprise dans son rapport (pdf).

Une croissance mondiale

« Nous avons enregistré une croissance à deux chiffres sur un an dans toutes les régions », affirme ce rapport. La société pointe notamment les bons résultats dans des pays émergents comme l’Inde, « où la performance a été favorisée par la reprise de l'activité marketing ».

Dans certains pays, la croissance a même été supérieure aux prévisions, comme aux Philippines et en Indonésie. Plus tôt dans l’année, la plateforme s’est lancée sur près de 86 nouveaux marchés. Dans certains, dont celui de Corée du Sud, elle a connu en ce troisième semestre des « surperformances ».

Entre juillet et septembre, le chiffre d’affaires total de Spotify s’élève à 2 501 millions d’euros, ce qui correspond à une augmentation de 27% en comparaison de la même période il y a un an. « Le chiffre d’affaires se situe dans la partie supérieure de notre fourchette de prévisions en raison de la vigueur significative de la publicité », explique l’entreprise.

Un nombre d’abonnés premiums en hausse

Le nombre d’abonnés premium a augmenté de 19% par rapport à l’an passé, et se porte ainsi à 172 millions de personnes sur ce trimestre, contre 165 millions entre avril et juin. La société attribue ces bons résultats à une campagne de promotions réalisée pour les abonnements premiums, grâce à des partenariats. « Ce trimestre, nous avons ajouté plusieurs partenariats promotionnels majeurs, notamment […] LG U+ (offre d'essais de 3 ou 6 mois en Corée du Sud avec l'un des plus grands opérateurs téléphoniques du pays) », explique entre autres le rapport.

Spotify enregistre une hausse de 19% du nombre de ses abonnés premiums, pour atteindre 172 millions dans le monde. Image : Spotify.

Autre bonne nouvelle pour la marque : le nombre de désabonnements. Le « taux de résiliation mensuel moyen » a diminué par rapport au trimestre précédent. Toutefois, il a augmenté par rapport à 2020, mais Spotify se veut optimiste, « nous sommes satisfaits de l'évolution du taux de désabonnement et nous continuons de penser que le taux de désabonnement pour l'année 2021 sera en baisse par rapport à 2020 ».

En un an, le chiffre d’affaires des abonnements premiums a ainsi augmenté de 22%, atteignant 2 178 millions d’euros. Le reste du chiffre d’affaires total de la société, soit 323 millions d’euros, provient des recettes publicitaires. Les revenus moyens par utilisateur ayant un abonnement premium se portent à 4,34 euros, une légère augmentation de 4%, qui « a bénéficié principalement de nos augmentations de prix », selon le rapport financier.

Les podcasts, la mine d’or de Spotify

Depuis plusieurs mois, Spotify investit sur le podcast, un format de contenus qui gagne en popularité. Cela se ressent sur les résultats financiers, « notre activité Podcast a bénéficié d'une forte croissance à deux chiffres sur un an dans les studios Spotify existants ».

En février, la plateforme a justement dévoilé sa marketplace pour les contenus audios, Spotify Audience Network. Pour parler de sa croissance, les auteurs du rapport utilisent une nouvelle fois l’adjectif « surperformer ». Spotify Audience Network se développe donc considérablement « grâce à un inventaire disponible plus important et à des revenus supplémentaires provenant des ventes internationales ».

Le nombre de podcasts sur Spotify a augmenté de 300 000 milles au troisième trimestre. La plateforme enrichit régulièrement l’expérience créateurs et utilisateurs de nouvelles fonctionnalités pour les podcasts. Image : Spotify.

Depuis les débuts de ce format sur Spotify, la quantité de podcast aurait augmenté de près de 50%, illustrant la popularité de ce format, et donnant raison aux investissements réalisés, « tous les coûts de contenu liés à l'investissement dans les podcasts sont inclus dans les activités financées par la publicité », explique l’entreprise suédoise. Un format qui a du succès, y compris auprès des annonceurs, un sur trois y participant. Ce chiffre va probablement augmenter puisque la marketplace « s'ouvrira aux meilleurs créateurs de podcasts émergents d'Anchor dans les semaines à venir », est-il annoncé.

Preuve s’il en faut de ce succès, le nombre de podcasts est passé de 2,9 millions à 3,2 millions, en l’espace de trois mois, et le taux d’utilisateurs écoutant des podcasts a augmenté de 20% sur une année.

Spotify continue d’investir

Il ne faudrait pas oublier l’essence même de Spotify, le streaming musical. Le nombre de musiques disponibles sur la plateforme a fortement augmenté durant ce troisième trimestre. Sans surprise, puisqu’il s’agit chaque année d’une période durant laquelle sortent de nombreux albums. C’est le cas de Drake, avec son 6ème album, qui a battu le record de téléchargements.

Enfin, la société de Daniel Ek a annoncé maintenir ses « prévisions pour le quatrième trimestre », malgré de grandes incertitudes liées à la pandémie. Elle prévoit de nouvelles hausses, avec entre 400 et 407 millions d’utilisateurs actifs par mois, et 177 à 181 millions d’abonnés premiums. Le chiffre d’affaires total devrait quant à lui se situer entre 2 540 et 2 680 millions d’euros.

Spotify se porte donc très bien, et affiche des résultats positifs à quasiment tous les niveaux. Ses investissements dans les podcasts ont été rentabilisés très rapidement. Ce format, et l’augmentation du nombre d’abonnés premiums, sont les principales raisons de sa bonne santé. La plateforme, qui investit, rachète, et conclut de nombreux partenariats depuis le début de l’année, a tout pour continuer sur sa lancée, et dépasser enfin ses concurrents, comme Apple.