L’année 2021 est un cru exceptionnel pour la maison mère de Google, Alphabet. Pour le troisième trimestre consécutif, le chiffre d’affaires de l’entreprise crève le plafond (pdf) avec une hausse de 41% par rapport au même moment en 2020, à 65,1 milliards de dollars. Les bénéfices suivent, en augmentation depuis cinq trimestres, à 18,9 milliards de dollars.

L’App Tracking Transparency ? Aucun souci pour Google

Alphabet n’est pas Snapchat ou Facebook, l’App Tracking Transparency d’Apple, ne semble pas l’affecter le moins du monde. Ses revenus publicitaires totaux ont augmenté de 43% depuis le troisième trimestre 2020, atteignant 53,13 milliards de dollars contre 37,1 milliards l’année précédente. Merci Android et l’importance des services web.

Dans le détail, l’activité recherche de Google se maintient comme la plus lucrative de toute. Avec 37,9 milliards de dollars de revenus, elle rapporte 11 milliards de mieux qu’il y a un an à la même période.

YouTube ne semble pas perturbé le moins du monde par l’App Tracking Transparency, avec 7,2 milliards de dollars. Selon la directrice financière de l’entreprise, Ruth Porat, l’impact de la mesure d’Apple a été « modeste ».

Google Cloud en revanche n’est toujours pas rentable. Malgré des revenus en augmentation de 1,5 milliard de dollars sur un an, pour s’établir à 4,99 milliards, la perte d’exploitation est de 644 millions de dollars. Rien d’inquiétant, la confirmation que Google cherche à concurrencer AWS et Microsoft Azure avec des investissements massifs.

La société a recruté 6 000 personnes en tout au 3e trimestre, portant le nombre d’employés à plus de 150 000 fin septembre contre 132 000 un an plus tôt. Malgré l’arrivée en force du travail hybride, Alphabet doit continuer à construire des bureaux. L’entreprise a précisé qu’elle comptait continuer à recruter au quatrième trimestre.

Tout n’est pas parfait (Tout de même !)

Sur les nouvelles un petit peu moins réjouissantes, Ruth Porat a indiqué qu’elle s’attendait à une croissance moindre de Google Play au prochain trimestre. Google a réduit ses frais d’abonnement très récemment.

Philipp Schlindler, directeur commercial de Google a insisté sur les difficultés de cette reprise post-pandémie. Tous les pays n’en sont pas au même stade et pour lui « Il est clair que l'incertitude est la nouvelle normalité ». Un élément à prendre en compte pour une multinationale.

Comme toujours avec Alphabet, difficile d’établir les revenus de ses téléphones Pixel, de Chromecast ou même d’Android. Ces données sont regroupées dans une catégorie fourre-tout, « services Google ».

Les menaces sur l’avenir d’Alphabet se précisent

Plutôt pratique lorsque des services tels qu’Android sont soupçonnés d’abus de position dominante un peu partout dans le monde, en plus de la longue liste des poursuites antitrust qui menace la scandaleuse réussite de l’entreprise.

Google est accusé d’avoir favorisé son système d’achat publicitaire, d’avoir suivi des utilisateurs en navigation privée, d’avoir collecté des données de localisation même lorsque celle-ci était désactivée par l’utilisateur, d’abus de position dominante avec Play Store, sur la fin des cookies tiers… Alphabet fait face sans trembler à toutes ses accusations et tente de contester jusqu’au bout les sanctions lorsqu’elles tombent.

L’entreprise apparaît également armée pour affronter les évolutions réglementaires à venir, le DMA et DSA en Europe, de nouvelles lois de la concurrence aux États-Unis. Attention tout de même, le grand ciel bleu fixé au-dessus de la tête d’Alphabet pourrait s’assombrir.