Micron Technology a annoncé son intention d'investir plus de 150 milliards de dollars à l’échelle mondiale sur les 10 prochaines années. Cet argent servira à améliorer le processus de fabrication de mémoires de pointe et la division recherche et développement (R&D) de la firme. Micron souhaite ainsi répondre à la demande croissante en matière de mémoire informatique.

Un plan d’investissement massif pour relancer le marché des semi-conducteurs

Dans un contexte très compliqué dû à la pénurie des composants électroniques, l’entreprise lance son plan d’investissement sur les dix prochaines années. Avec plus de 43 000 salariés dans le monde et un chiffre d’affaires de 27,7 milliards de dollars, Micron Technology est le quatrième fournisseur mondial de semi-conducteurs derrière l’américain Intel et les sud-coréens Samsung Electronics et SK hynix. La société dispose d’une dizaine d'usines de production sur plaquettes de 300 mm situées à Taiwan, à Singapour, aux États-Unis et au Japon.

Sanjay Mehtrotra, PDG de Micron Technology s’est exprimé auprès du Wall Street Journal : « Nous nous engagerons avec les gouvernements du monde entier, y compris aux États-Unis, pour répondre à nos besoins d'augmentation de notre offre conformément à nos attentes en matière de demande pour l'ère 2030. »

Une nouvelle chaîne de production prévue au Japon

Une des premières initiatives lancées par la firme sera de construire une nouvelle usine sur son site de production japonais à Hiroshima. Le coût total du projet est porté à 7 milliards d’euros selon Nikkan Kogyo. La nouvelle installation fabriquera des puces DRAM, qui sont largement utilisées dans les centres de données. La production devrait commencer en 2024.

Avec la pénurie des semi-conducteurs, la plupart des grands fabricants de puces ont dû revoir leur copie en planifiant des expansions d’usines. Ainsi, Intel a ouvert un nouveau département vidéo en Chine et a annoncé un plan d’investissement de 80 milliards d’euros pour l’Europe. Samsung Electronics n’a pas hésité à faire de même en investissant près de 175 milliards de dollars. TSMC a également annoncé la construction d’une usine de composants électroniques au Japon.

Produire plus de composants électroniques de pointe aux États-Unis

En parallèle, Micron souhaite construire une usine de mémoire aux États-Unis. Ce projet sera beaucoup plus dur à mettre en place au vu du coût de production plus élevé de 45 % par rapport en Asie. Si une ligne de production existe en Virginie pour les puces mémoires utilisées dans les voitures, l’ensemble des puces mémoires de pointe sont toujours fabriquées dans les usines asiatiques de la société.

Pour conclure, Sumit Sadana, vice-président exécutif et directeur commercial de Micron Technology estime « que davantage de puces mémoire devraient être fabriquées aux États-Unis, car elles représentent environ 30 % du marché mondial des semi-conducteurs. »