Dans le cadre d'un tour de table de série E menée par les VC Third Point Ventures et Coatue Management, N26 annonce une levée de fonds de près de 780 millions d'euros. Par rapport au tour de table de série D, la valorisation de la fintech passe de 3 milliards à 7,8 milliards d'euros. Avec nouveau financement, l'entreprise souhaite recruter près de 1 000 salariés à travers le monde pour accélérer son plan de croissance.

Une levée de fonds record pour une société valorisée à 7,8 milliards d'euros

N26 est une banque en ligne fondée en 2013 par Valentin Stalf et Maximilian Tayenthal. Elle est connue pour proposer des comptes bancaires qu'il est possible de gérer depuis une application mobile, à l'instar de Boursorama. Les utilisateurs obtiennent alors un numéro de compte et même une carte virtuelle qu'ils peuvent ajouter à Apple Pay ou Google Pay.

Depuis 8 ans, l'entreprise a gravi les échelons et s'affirme comme un incontournable du secteur. Avec cette nouvelle levée de fonds en série E, Valentin Stalf, PDG de N26 souhaite « recruter, innover et croître ». À l'heure actuelle, la société emploie 1 500 personnes et au moins un millier de nouvelles personnes devraient rejoindre la firme dans les prochains mois.

En plus de l'Europe centrale et l'Europe de l'Ouest où elle est très présente, N26 prévoit désormais de s'étendre de manière agressive vers l'Europe de l'Est tout au long de l'année 2022. N26 envisage toujours de se lancer au Brésil, mais aucune date de lancement n'a été évoquée. Aux États-Unis, les gens ne peuvent pas s'inscrire directement pour obtenir un compte instantanément, ils sont obligés de s'inscrire sur une liste d'attente.

Une gestion des risques qui doit être mieux maîtrisée

En juin, la banque en ligne s'est vue infliger une amende de 4,25 millions d'euros par le régulateur bancaire allemand, BaFin. Ce dernier considère que N26 présente des failles dans son dispositif de prévention au blanchiment d'argent. Entre 2019 et 2020, la plateforme de la banque aurait fait l'objet d'une cinquantaine de transactions suspectes dans le secteur du blanchiment d'argent. À deux reprises, BaFin avait rappelé à l'ordre N26, en 2019 en mai dernier.

Depuis, le régulateur a proposé à N26 de réduire le nombre d'ouvertures de compte. Seuls 50 000 à 70 000 nouveaux clients peuvent rejoindre la banque en ligne et ouvrir un nouveau compte. Cette mesure vise à renforcer la gestion des risques pour la firme.

Pour TechCrunch, Valentin Stalf a évoqué ses ambitions à long terme : « Grâce à cette levée de fonds conséquente, nous avons désormais le temps au cours des trois à quatre prochaines années pour nous préparer à une introduction en bourse. ». À noter que la société s'est également lancée dans le secteur de l'assurance depuis avril.