Samsung ne connaît pas la crise. Le géant sud-coréen prévoit un bénéfice en augmentation de 28% au troisième trimestre 2021, qui a pris fin le 30 septembre. Une croissance qui s’explique en partie par la crise mondiale de semi-conducteurs, qui se révèle être une aubaine pour les fabricants comme Samsung.

L’entreprise située à Suwon prévoit plus exactement un bénéfice de 15,8 milliards de wons, soit environ 13,3 milliards de dollars, et près de 11 milliards d’euros. C’est 3,45 milliards de wons de plus qu’au troisième trimestre 2020.

Samsung, mastodonte des nouvelles technologies

Par ailleurs, le géant technologique estime son chiffre d’affaires total à 73 000 milliards de wons, soit 9% de plus que l’an dernier. Toutefois, ce chiffre est quelque peu inférieur aux estimations des analystes. Beaucoup estimaient en effet le chiffre d’affaires à 73 400 milliards de wons. La société n’a pas encore communiqué sur les résultats de chaque secteur.

Derrière tous ces nombres se cache surtout la position dominante de Samsung dans le domaine des technologies. De par sa position sur le marché, Samsung est un indicateur de l’état du secteur. L’entreprise est non seulement l’un des plus grands fabricants de semi-conducteurs, mais également un des leaders sur le marché des smartphones, un constructeur de produits technologiques grand public, et un grand fournisseur de composants pour smartphones.

Usine de fabrication Samsung de semi-conducteurs à Pyeongtaek, au sud de Séoul

Samsung enregistre une hausse de ses bénéfices, probablement grâce à la pénurie mondiale de semi-conducteurs. Le géant coréen compte d’ailleurs porter ses investissements dans ce domaine à 205 milliards de dollars sur 3 ans. Photographie : Samsung.

Tout cela lui confère un avantage : celui de ne pas être ébranlée par la crise. Le mastodonte technologique est notamment fournisseur d’écrans pour les iPhone 13, tout juste lancés par Apple. Samsung profite donc de ces nouveaux produits, qui connaissent un grand succès.

Une pénurie aux airs d’aubaine

Cette augmentation du chiffre d’affaires et des bénéfices vient probablement, pour l’essentiel, de la pénurie de semi-conducteurs. Avec la crise sanitaire, le monde connaît une importante pénurie de puces. Ces dernières sont vitales, puisqu’elles sont présentes dans la plupart des objets électroniques. Les fabricants de smartphones, de voitures, d’ordinateurs, ou encore de consoles de jeux connaissent donc une crise d’approvisionnement et économique sans précédent.

Cette pénurie vient en partie d’une demande qui a explosé. La crise sanitaire est toujours là, mais la vie revient peu à peu à la normale, et les habitudes des consommateurs également. Avec la fin des restrictions, et l’essor du télétravail, la demande a donc explosé. Les fabricants n’étaient pas préparés, entraînant ainsi une pénurie. Samsung a pâti, en tant que fabricants de smartphones et autres objets électroniques, de cette crise. Plusieurs de ses usines ont d’ailleurs dû fermer pendant un long moment ou tourner au ralenti.

Cependant, la firme coréenne est aussi l'un des plus grands fabricants de semi-conducteurs au monde. Samsung et les autres géants du secteur ont vu, avec la crise, leurs capacités à fixer les prix augmenter. La demande étant supérieure à l’offre, ils peuvent établir des prix supérieurs à la normale. Enfin, sur une vague ascendante dans le domaine des puces, Samsung compte augmenter ses investissements à plus 205 milliards de dollars sur 3 ans.

Le marché des semi-conducteurs est en ébullition depuis plusieurs années, et la tendance est à l’investissement massif. Ainsi, Intel a récemment annoncé la construction d’usines de fabrication de semi-conducteurs en Europe, un investissement de 95 milliards de dollars. Les pays aussi se lancent dans la course aux puces. L’Union Européenne souhaite devenir un leader de ce secteur, essentiellement pour des questions d’indépendance, et de souveraineté. Reste à voir comment Samsung fera évoluer sa stratégie, au regard des évolutions du marché.