BM Technologies, une plateforme bancaire associée à Google pour son projet Plex, annonçait le lundi 27 septembre l’arrivée, repoussée depuis 2020, des comptes Plex. Cela devait être une question de mois. Quatre jours plus tard, le Wall Street Journal révèle l’abandon de l’idée par Google.

Les banques prévenues en dernier ?

Jusqu’en novembre, de nouveaux partenaires financiers étaient annoncés pour ce nouveau compte en banque synchronisé avec Google Pay. Citigroup, l’un des principaux participants au projet, revendiquait l’inscription de 10 000 personnes par semaine sur la liste d’attente des comptes Plex, 400 000 au total.

Beaucoup de petites banques se sont jointes à Google afin de bénéficier de l’expertise de l’entreprise pour développer des outils numériques, qu’elle ne pouvait pas se permettre. Les comptes Plex devaient accoler la marque Google et celle de la banque, proposer un tableau de bord numérique pour ses dépenses, épargnes. Il revendiquait simplicité et bien être financiers, sans frais mensuels ni découverts.

Finalement, tout est tombé à l’eau. Ce recul de Google n’était pas inattendu malgré les apparences, Mountain View a simplement informé en priorité les autorités de réglementations bancaires avant les institutions financières partenaires.

Les régulateurs n’avaient posé aucun obstacle à l’arrivée de Google sur le secteur. L’annulation est due à des changements de stratégie interne. Tout d’abord le Covid a provoqué beaucoup de retards sur le calendrier initial. Des difficultés qui n’ont pas été décisives, en novembre le projet était toujours sur les rails.

Google change d’homme et d’orientation

Ce qui a condamné les comptes Plex c’est le départ de Caesar Sengupta, dirigeant de Google Pay et principal défenseur du projet, en avril 2021. Son remplaçant, Bill Ready, un ancien directeur de PayPal a rejoint la direction des opérations de commerce électronique de Google avec un nouveau cap en tête.

Selon les informations du Wall Street Journal, il craignait que Plex soit perçu comme un concurrent potentiel aux banques traditionnelles. Des tensions redoutées que Bill Ready a souhaité éviter à son nouvel employeur.

Google a fait savoir par le biais de son porte-parole que son activité se concentrera désormais sur « la fourniture d'outils numériques aux banques et autres prestataires de services financiers, plutôt que sur la fourniture de ces services ». Citigroup a annoncé de son côté proposer des alternatives aux clients potentiels de Plex et vouloir continuer à collaborer avec Google d’une façon différente.