Le silicium représente à lui seul 28% du poids de la croûte terrestre, il s’agit du deuxième élément le plus abondant sur Terre après l’oxygène et pourtant son prix explose. En seulement deux mois, la tonne de Silicium coûte 300% plus cher à cause d’une pénurie soudaine, note Bloomberg.

Le silicium est absolument partout.

Le prix et le manque de silicium vont rapidement devenir un problème. L’abondance du matériau a rendu son raffinage et son usage intéressant dans un bon nombre d’outils. Il est l’un des semi-conducteurs privilégié pour les puces, un secteur déjà en pénurie. C’est un élément de base pour le béton, le verre… Les constructeurs automobiles l’utilisent comme semi-conducteur, et avec l’aluminium pour fabriquer des blocs-moteurs et d’autres pièces. Les alliages aluminium silicium rendent le métal moins cassant.

un caillou de silicium

Le silicium est utilisé un peu partout aujourd'hui. Crédit : Wikipédia Commons

Les domaines sont nombreux, le silicium est par exemple utilisé pour fabriquer le silicone et les panneaux solaires… Le 1er octobre, une entreprise norvégienne de produits chimiques, Elkem ASA a annoncé qu’elle et d’autres fabricants de produits à base de silicone devaient cesser la production de certains d'entre eux. Le prix du polysilicium, utilisé pour les panneaux solaires à augmenter de 13% le 29 septembre.

La crise venue de Chine

L’origine de la crise est à chercher dans le pays qui produit les deux tiers du silicium mondial : la Chine. La province du Yunnan, au sud-ouest du pays, a reçu l’ordre de baisser sa production de 90% de septembre à décembre par rapport au niveau d’août. Il s’agit de la deuxième province la productive du pays. Le Sichuan voisin, troisième province, la plus productive a également dû baisser sa production.

Les deux territoires subissent de lourdes restrictions d'approvisionnement en électricité. Elle est rationnée pour les industriels afin que la Chine puisse respecter ses quotas de réduction de consommation de charbon et ainsi limiter ses émissions de gaz de à effet de serre. Pour le moment, le Xinjiang, première région chinoise en termes de production, n’est pas affecté par ces restrictions.

La situation économique mondiale inquiète

L’effet a été immédiat, le silicium métallique, obtenu en chauffant du sable ordinaire et du coke dans un four, a vu ses prix grimper en flèche. Il est passé de 1 066 à 2 266 euros la tonne à près de 9 000 euros.

Les entreprises vont devoir rogner sur leurs marges ou répercuter cette hausse sur les consommateurs. D’autant que le silicium n’est pas la seule matière première qui connaît une hausse des prix. Pétrole, aluminium, cuivre, tous grimpent et mettent en tension toute la chaîne d’approvisionnement.

Les observateurs redoutent une stagflation, un ralentissement de la croissance avec hausse des prix, rapporte Bloomberg. Pour le cas silicium, il n’y a pas d’amélioration particulière à attendre avant l’été prochain. La production devrait repartir seulement au second semestre 2022.