Citroën a annoncé un partenariat, The Urban Collëctif, mercredi 29 septembre, avec Accor et JCDecaux. L’occasion de dévoiler un nouveau concept de véhicule autonome. Baptisé Citroën Autonomous Mobility Vision, ce concept open source est présenté comme « une plateforme de mobilité high-tech ».

Dans un communiqué, Citroën France explique que l’ambition des partenaires est « d’optimiser les mobilités afin de permettre à chacun de se réapproprier l’espace urbain et d’améliorer ainsi durablement la qualité de vie en ville ».

Bien que ce véhicule ressemble aux navettes électriques autonomes d’autres constructeurs, il se distingue par les raisons pour lesquelles il a été pensé. Il est censé « donner à chacun la possibilité de profiter de toutes les opportunités offertes par les centres urbains, sans en subir les inconvénients ». Concrètement, il est composé d’une plateforme, le Citroën Skate, sur laquelle peuvent venir se poser des « pods ».

Différents pods pour différents usages

Au moment de l’annonce, 3 pods ont été présentés. Ces cellules interchangeables offrent une expérience, et des services en plus. Le pod « Sofitel en voyage », est la première d’entre elles. Il s'agit d’un salon sur roue, disponible à n'importe quel moment. Il serait ainsi possible de voyager dans Paris, à bord d’un véhicule autonome, électrique, et confortable. L’objectif de cette première expérience, est justement de donner au client le sentiment d’être d’ores et déjà dans un hôtel de luxe.

Une personne s'apprêtant à monter dans le pod Sofitel

Avec la cellule « Sofitel en voyage », Citroën veut faire voyager les clients dans un salon sur roue luxueux. Image : Citroën France.

La deuxième expérience imaginée est le « pod Pullman Power Fitness ». Cette cellule propose, dans le véhicule, le programme Pullman Power Fitness, aujourd’hui déployé dans les hôtels du même nom. Son objectif ? Faire gagner du temps au client. Alors que ce dernier doit aller d’un point A à un point B, il n’a pas forcément le temps de s’arrêter faire du sport. Avec ce pod, il pourra en faire pendant son déplacement. La bulle individuelle est composée d’un rameur et d’un vélo. L’énergie générée par les efforts de l'utilisateur sera convertie en électricité, pour être réinjectée dans les batteries du véhicule et ainsi limiter leur épuisement.

Une personne faisant du sport dans un pod Pullman Power Fitness

La capsule Pullman Power Fitness permettra à un client de faire du rameur et du vélo pendant un trajet en Citroën Autonomous Mobility Vision. Image : Citroën France.

Enfin, le dernier pod présenté est le « JCDecaux City Provider ». Plus classique, son objectif est de transporter le public, à la demande, le véhicule étant prévu pour fonctionner 24h sur 24 et 7 jours sur 7. Sa capacité d’accueil est de 6 personnes, et répond aux normes en vigueur : poussettes, bagages et fauteuils roulants peuvent y prendre place. C’est « une solution accessible à tous, qui facilite la mobilité en ville en donnant davantage de liberté et de choix dans sa mobilité », estime le constructeur.

Le Citroën Skate et ses trois pods, qui constituent le concept Citroën Autonomous Mobility Vision

Le concept Citroën Autonomous Mobility Vision est composé de trois capsules, dont la « JCDecaux City Provider » (au centre), qui reposent sur le Citroën Skate (en premier plan). Image : Citroën.

Plusieurs pods pour une seule plateforme : le Citroën Skate

Tous ces pods interchangeables reposent sur une même plateforme : le Citroën Skate. Il s’agit d’un rectangle de 2,60 mètres de long, 1,60 de large, et 51 centimètres de haut. En guise de roues se trouvent 4 sphères pneumatiques de GoodYear, et cerclées d’aluminium. Les batteries de ce Citroën Skate se rechargent par induction. Les roues, totalement sphériques, offrent par conséquent « une liberté de mouvement totale à 360° ».

Un grand nombre de capteurs et de caméras sont répartis autour de la plateforme. Citroën promet que son concept « permet de rentabiliser la technologie de conduite autonome », car il est « débarrassé des équipements redondants et coûteux » et constamment en fonctionnement.

Pour assurer la sécurité de l’ensemble des usagers en ville, une IA vient compléter la conduite autonome, et sa vitesse est limitée à 25 km/h, voire 5, selon les zones. Une vitesse bridée, en adéquation avec les politiques urbaines actuelles. De nombreuses grandes villes, comme Paris, passent aux limitations à 30 km/h, et de plus en plus de constructeurs brident leurs véhicules.

Un projet open source

Enfin, ce projet est open source, ce qui devrait permettre à de futurs partenaires de proposer de nouveaux pods et de nouveaux services. Avec ce principe de véhicule modulable, de nombreux services peuvent être mêlés à la mobilité. « L’open-source permet à tout tiers décideur de développer un Pod compatible en tenant compte des spécifications techniques de The Citroën Skate », explique le communiqué.

Citroën veut faire émerger une alternative aux transports urbains actuels, pour fluidifier le trafic, mais aussi améliorer la vie citadine. Pour le constructeur automobile, des flottes de Citroën Skate pourraient être mises en place dans des collectivités à l’horizon 2027. « De nombreux services publics [...] seraient concernés : transports, santé, déchets… », affirme-t-il.

Convaincre les collectivités ne sera pas facile. Acquérir une flotte de Citroën Skate demanderait de nombreux et coûteux aménagements de voirie. Il faudrait libérer de l’espace, trouver un opérateur de transport pour la maintenance et créer des voies connectées réservées à ce type de véhicules.

Le projet de The Urban Collëctif correspond tout de même à certaines tendances du transport urbain. Ce thème n’est pas nouveau pour Citroën, puisque l’entreprise l’a déjà abordé à travers la Citroën Ami et ses déclinaisons.