Serait-ce la fin de l'affaire Meng Wanzhou ? Voilà maintenant plusieurs années que la fille du fondateur de Huawei et CFO (Chief Financial Officer) de l'entreprise est empêtrée dans une affaire avec la justice américaine. En reconnaissant plusieurs faits qui lui étaient reprochés, Meng Wanzhou a pu négocier sa libération. Elle vient de rentrer en Chine.

Libre, Meng Wanzhou est de retour en Chine

Meng Wanzhou a été arrêtée fin 2018 à Vancouver pour avoir violé les sanctions américaines mises en place contre l’Iran. À l'époque, cette affaire avait contribué à tendre les relations entre les États-Unis et la Chine. Depuis trois ans, la CFO de Huawei était dans le collimateur des autorités américaines. La semaine dernière, un accord a été conclu avec le ministère de la Justice des États-Unis.

La CFO de Huawei a plaidé non coupable aux accusations de complot en vue de commettre une fraude bancaire et une fraude électronique. En revanche, elle a reconnu les faits de base, à savoir : « de multiples fausses déclarations à un cadre d'une institution financière concernant les opérations commerciales de Huawei en Iran dans le but de préserver la relation bancaire de Huawei avec les autorités bancaires ».

Dans un communiqué de presse, on peut lire les mots du procureur général adjoint de la division criminelle du ministère de la Justice. Il écrit que : « Meng Wanzhou, directrice financière de Huawei, a admis aujourd'hui qu'elle n'a pas dit la vérité sur les opérations de Huawei en Iran, et par conséquent, l'institution financière a continué à faire des affaires avec Huawei en violation de la loi américaine. Notre équipe d'accusation continue de se préparer pour le procès contre Huawei ».

Le soutien indéfectible de Pékin

Les médias chinois n'ont pas donné de détails sur la manière dont le procès s'était déroulé. Ils ont simplement relayé la libération de la CFO de Huawei. En quelques heures, le hashtag #MengWanzhouReturningToMotherland a atteint le milliard de publications sur Weibo. Au moment où Meng Wanzhou a décollé pour Shenzhen, le gouvernement chinois a libéré deux canadiens détenus pour espionnage. Évidemment, Pékin avait nié à plusieurs reprises tout lien entre la détention des deux canadiens et l'arrestation de Meng Wanzhou.

À l'annonce de la libration de Meng Wanzhou, Huawei a déclaré ceci : « nous avons hâte de savoir que Meng va rentrer chez elle en toute sécurité pour retrouver sa famille. Huawei continuera à se défendre contre ces allégations devant le tribunal du district Est de New York ». La directrice financière de l'entreprise chinoise a déclaré que : « les trois dernières années ont été une période perturbante pour elle en tant que mère, épouse et dirigeante ». Selon elle, le soutien de la Chine lui a donné foi et lu a permis de tenir bon pendant les moments sombres.