Les impacts de la crise du Covid-19 obligent les Philippines à trouver de nouvelles sources de revenus. Le pays vient de voter la collecte d'une nouvelle taxe de 12% sur les services numériques. Cet impôt concerne notamment les plateformes de streaming comme Netflix ou Spotify, les applications mobiles distribuées dans les pays et les logiciels SaaS.

Les Philippines votent une taxe sur les services numériques

Aux Philippines, le gouvernement a décidé de mettre en place un nouvel impôt pour taxer les géants du web, même si leur siège social n'est pas basé géographiquement dans le pays. Joey Salceda, membre de la Chambre des représentants des Philippines et acteur principal de la modification du code des impôts du pays, a déclaré que : « nous avons décidé que les services numériques et les biens et services échangés par l'intermédiaire des fournisseurs de services numériques devraient être soumis à cette nouvelle taxe du numérique. C'est une question de bon sens fiscal ».

Le gouvernement estime que si les entreprises locales, généralement les plus touchées par la crise, continuent de payer des impôts, les services numériques doivent également contribuer. Les Philippines ont choisi un taux de 12%, très proche de la taxe locale sur la valeur ajoutée. Comme en France, les géants du web sont donc désormais soumis à cette nouvelle taxe du numérique, même si leurs services sont fournis, d'un point de vue légal et géographique, en dehors de la juridiction locale.

Les pays d'Asie du Sud-Est veulent renflouer les caisses

Les modifications apportées au code des impôts par les législateurs des Philippines, visent la plupart des entreprises qui proposent des services numériques. Les diffuseurs de contenu, les réseaux sociaux, les logiciels en ligne, y compris les applications mobiles sont tous concernés par cette nouvelle taxe de 12%. Les Philippines ne sont pas le seul pays à avoir introduit une telle taxe sur les services numériques afin de renflouer les caisses de l'État suite à la crise du Covid-19. En Asie du Sud-Est, les gouvernements se réveillent.

En effet, l'Indonésie impose une taxe de 10% sur les ventes de produits et de services effectuées sur internet, comme le streaming et les applications mobiles. Il en va de même pour la Malaisie qui a instauré un impôt de 6% sur les services des fournisseurs étrangers ayant un chiffre d'affaires annuel supérieur à 120 000 dollars. Enfin, en Thaïlande, les plateformes numériques étrangères n’ayant pas de filiale locale, et dont les revenus dépassent annuellement 57 000 dollars, sont soumises à une taxe de 7%.