En Chine, la State Taxation Administration (STA) a publié un avis il y a quelques jours pour informer les influenceurs et les célébrités du pays qu'ils vont subir, de manière aléatoire, des contrôles fiscaux. Pour que le gouvernement chinois le déclare publiquement, c'est que la répression fiscale s'annonce particulièrement sévère. De lourdes sanctions pourront être distribuées.

Les influenceurs chinois sont dans le viseur des autorités

Dans le South China Morning Post, on peut lire que le gouvernement chinois et plus particulièrement l'administration fiscale nationale (la State Taxation Administration), s'apprêtent à mener une répression fiscale sans précédent auprès des influenceurs et des célébrités les plus riches du pays. Cette action s'inscrit dans une lutte plus large contre l'industrie du web, du divertissement et de la culture en Chine. Dernier exemple en date : tout récemment, les régulateurs se sont attaqués au live-shopping.

Pékin précise que : « les influencers qui déclareront eux-mêmes leurs infractions d'ici la fin de l'année pourront toutefois bénéficier de pénalités réduites ou d'exemptions ». La STA précise que les détails et les résultats de l'enquête seront divulgués au public en temps utile et de manière transparente. Le gouvernement chinois précise que la répression fiscale sera totalement aléatoire.

C'est vrai pour le choix des influenceurs, mais aussi pour la désignation des inspecteurs. La State Taxation Administration incite néanmoins les influenceurs à se manifester rapidement. On peut lire que : « il est encore temps de prendre l'initiative de signaler et de rectifier leurs défauts liés à la fiscalité ». Dans l'avis publié par l'organe de régulation, on peut également lire que « ceux dont les infractions sont graves feront l'objet d'une enquête et seront punis sérieusement conformément à la loi ». Pas rassurant...

Une répression fiscale sans précédent

Selon la loi chinoise en vigueur, toute personne qui ne paie pas ses impôts ou qui les paie en retard, s'expose à des poursuites pénales. Cette démarche s'inscrit totalement dans la volonté du gouvernement de réguler les grands acteurs du web et les influenceurs en font partie.

Le rapport de la State Taxation Administration met en avant un exemple récent : le mois dernier, les autorités fiscales de Shanghai ont arrêté l'actrice Zheng Shuang. Elle est accusée de ne pas avoir déclaré l'équivalent de 29,5 millions de dollars de revenus. Elle doit 11 millions de dollars aux services des impôts chinois. En plus du remboursement attendu, l'actrice écope d'une amende de 46 millions de dollars... C'est dissuasif.

Ces chiffres montrent aussi les écarts de revenus qui peuvent exister dans le pays. De quoi inciter le gouvernement à agir. Selon les services de la répression fiscale, les influenceurs du web sont devenus la nouvelle cible des inspecteurs des impôts. Cette industrie en plein essor en Chine a déjà façonné certaines des personnes les plus riches du pays. C'est par exemple le cas de la streameuse Huang Wei, connue sous le nom de Viya. Elle fait partie des influenceurs les plus riches du pays.