Google vient d’écoper d’une amende de 177 millions de dollars en Corée du Sud pour pratiques anticoncurrentielles. Dans le viseur des autorités cette fois, le système d’exploitation de la firme, Android.

La Commission coréenne du commerce équitable (KFTC) s’est en effet intéressée aux « anti-fragmentation agreements ». Également ciblé par les régulateurs européens, ces accords empêchent les constructeurs de smartphones souhaitant avoir des applications Google pré-installées d’incorporer une version Android différente de celle de la firme de Mountain View.

En imposant Android à des marques comme Samsung, Google a empêché l’émergence de nouveaux systèmes d’exploitation en plus d'asseoir le monopole de l’entreprise dans le secteur du smartphone. Pour rappel, Android est l’OS le plus utilisé au monde derrière iOS d’Apple. Le régulateur sud-coréen a ainsi ordonné à Google de ne plus passer ce genre d’accords : « Nous pensons que les dernières mesures aideront à préparer le terrain pour que la concurrence reprenne sur les marchés des systèmes d'exploitation et des applications mobiles. Cela devrait également favoriser le lancement de biens et de services innovants sur les marchés des appareils intelligents », a déclaré la Commission.

La Corée du Sud a passé une mesure allant directement à l'encontre du Play Store et de l'App Store. Photographie :
Sunyu Kim / Unsplash

De son côté, et sans grande surprise, Google a assuré que cela n’était pas la bonne décision car ses pratiques ont permis de grandement améliorer le secteur du smartphone et a permis aux constructeurs coréens de devenir des grands noms dans ce domaine. « La décision de la KFTC publiée aujourd'hui ne tient pas compte de ces avantages, et sapera les avantages dont bénéficient les consommateurs. Google a l'intention de faire appel de cette décision », a affirmé un porte-parole de la firme.

Il s’agit d’un nouveau revers pour le géant du Web en Corée du Sud, où une mesure l’empêchant de toucher une commission sur les achats dans le Google Play Store a récemment été votée. Le pays asiatique est loin d’être le seul endroit où l’entreprise est dans le viseur des autorités. C’est notamment le cas en Inde, où le Google Play Store est pré-installé sur les téléviseurs intelligents, une pratique anticoncurrentielle selon le gouvernement.

Même son de cloche aux États-Unis. Mountain View y fait l’objet de trois plaintes antitrust portant notamment sur son moteur de recherche et ses activités publicitaires.