Dans un rapport publié début septembre, l'ANFR (l'Agence nationale des fréquences), estime que 28 821 sites 5G ont été autorisés en métropole, dont 17 559 sont déclarés techniquement opérationnels par les opérateurs télécoms.

Free Mobile en tête du déploiement de la 5G

Régulièrement, l'ANFR actualise son observatoire des déploiements des réseaux mobiles. Cela permet d'avoir un aperçu de l'état des réseaux de télécommunication en France. Au 1er septembre, l'Agence nationale des fréquences déclare avoir autorisé au total 58 369 sites de réseaux mobiles en France, toutes générations confondues.

Il s'agit des sites ayant reçu l’accord d’implantation de l’ANFR et donc autorisés à émettre. Une augmentation de 286 sites par rapport au début du mois d'août. Notons que la quasi-totalité des implantations des sites 5G sont autorisées sur des sites déjà existants. Ils étaient utilisés auparavant par les technologies 2G, 3G ou 4G.

En tout, l'ANFR a autorisé 28 821 sites 5G en métropole. Sur l'ensemble de ces sites, l'Agence nationale des fréquences en identifie 17 559 comme techniquement opérationnels, c’est-à-dire prêts à émettre et recevoir de la 5G. Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free Mobile ont déclaré ces sites comme prêts à l'emploi. Au cours du mois d'août, les sites 5G autorisés ont augmenté de 2,8 % et c'est Free Mobile qui est en tête. Une avance qui s’explique par le fait que l’opérateur a fait le choix de miser sur la bande 700 MHz qui lui servait pour la 4G.

L'ANFR précise également que les sites 5G font appel à trois fréquences différentes : 700 MHz (pour 11 451 sites 5G opérationnels), 2,1 GHz (pour 5 172 sites 5G opérationnels) et 3,5 GHz, la bande-cœur de la 5G (5 812 sites sont déclarés techniquement opérationnels).

L'ANFR souligne le « recyclage » des sites déjà existants

La 4G est toujours très récente également. Orange possède 26 699 sites, SFR 22 408 sites, Bouygues Telecom 22 061 sites, et Free Mobile 20 534 sites. L'ANFR précise que comme les sites 5G, les sites 4G ont aussi poursuivi leur progression sur le mois d’août. Pour avoir un aperçu précis du déploiement des sites 5G et 4G sur un territoire donné le site Cartoradio.fr permet de zoomer sur la zone de votre choix et de voir quels sont les sites autorisés par l’ANFR, et pour quel opérateur.

Globalement, chacun des opérateurs aimerait proposer une couverture nationale fin 2021, tout en apportant de la capacité pour maintenir une bonne qualité de service dans les zones très denses où la consommation de données est très forte. En profitant des efforts passés et en s'appuyant sur des sites existants, les opérateurs télécom cherchent à « recycler » les fréquences et à profiter de fait d’une infrastructure prête à l’emploi, afin de ne pas se mettre à dos les maires des communes comme ce fut le cas à Bordeaux.