Lutter contre « l’expansion désordonnée du capital », voilà les ambitions annoncées par les autorités chinoises depuis plusieurs mois. Cette intention prend forme avec diverses lois visant les géants chinois de la tech. Ces réglementations se concentrent tantôt sur la sécurité des données, tantôt sur la protection des données personnelles, tantôt sur les activités financières et boursières. Les entreprises chinoises pourraient d’ailleurs être interdites de cotation aux États-Unis. C’est donc dans ce contexte que ByteDance a annoncé réduire ses activités liées à la finance et va probablement vendre une partie de ses activités de courtage.

ByteDance n’est pas le seul géant à revoir ses activités financières

« L’entreprise réduit ses activités de finance et prévoit de vendre ses activités de courtage en valeurs mobilières », a déclaré un porte-parole de ByteDance dans un communiqué en date du 3 septembre 2021 relayé par South China Morning Post. Pour le moment aucune indication n’a été donnée sur l’unité qui serait vendue par la maison mère de Tik Tok.

ByteDance a fait son arrivée dans le monde de la finance en 2017 en lançant l’application de suivi des marchés financiers « Dolphin Stock ». L’année suivante, l’entreprise surgit dans le secteur des assurances. En 2020, le propriétaire de TikTok achète le service de paiement en ligne UIPay, une société de courtage et une autre entreprise de microcrédit.

Une belle expansion pour le secteur de la fintech... freinée par le gouvernement chinois, notamment avec l’ouverture en janvier d’enquêtes sur la concurrence contre les entreprises supportant plus de 50 % des transactions de paiement en ligne. Quelques mois plus tôt, l’introduction en Bourse d’Ant Group, la filiale financière d’Alibaba, avait été suspendue par les autorités chinoises. Et la situation n’est pas nouvelle, les fintech sont dans le viseur de Pékin depuis plusieurs années. En effet, les données bancaires reflètent les habitudes de consommation de son utilisateur, ce qui est particulièrement intéressant pour le pays du crédit social. Ainsi, à l’image de la réduction des activités de ByteDance, Ant Group a également été contraint de remodeler ses activités.