Après avoir changé de propriétaire une nouvelle fois, l’ancien mastodonte de la toile Yahoo vient de changer de nom et s’appelle désormais… Yahoo.

Une immense perte de valeur

Au mois de mai dernier, Verizon annonçait la vente de ses activités médias, comprenant notamment Yahoo et AOL, à Apollo Global Management pour la somme de 5 milliards de dollars, soit quasiment deux fois moins que leur valeur lors de leur acquisition par le géant des télécommunications américain. Ce dernier a en effet racheté AOL en 2015 pour 4,4 milliards de dollars, puis Yahoo en 2017 pour un montant de 4,5 milliards de dollars. À leur pic, chacune de ces entreprises avaient une valeur de plusieurs centaines de milliards de dollars…

Quelque temps après leur acquisition, Verizon a positionné les deux plateformes dans sa division dédiée aux médias, où se trouvaient également des sites spécialisés comme TechCrunch, Engadget ou encore Yahoo Sports ; cette dernière fut baptisée Verizon Media en 2019.

Dans la même catégorie

Ne parvenant pas à générer des revenus, Verizon a toutefois décidé de changer de cap. L’entreprise s’est tout d’abord séparée de Tumblr en 2019, du Huffington Post en 2020 puis de Verizon Media cette année. Elle veut désormais concentrer ses efforts sur la 5G en étendant progressivement sa couverture aux États-Unis.

Le logo de Yahoo dans une rue.

Yahoo a été racheté par Verizon en 2017. Photographie :
Jaimie Harmsen / Unsplash

Yahoo redevient une entreprise autonome

Si Yahoo était le site le plus visité en 2004, il n’a pas su faire face à l’arrivée d’autres concurrents, dont un certain Google. Il sera désormais dirigé par le PDG Guru Gowrappan et opérera en tant qu’entreprise autonome sous l’égide d’Apollo Funds, une société de capital-investissement qui possède des actifs dans différents secteurs à l’instar de l’hôtel The Venetian à Las Vegas ou encore de la chaîne de restaurants Chuck E. Cheese.

« La conclusion de l'opération annonce une période passionnante de nouvelles opportunités pour nous en tant qu'entité autonome. Nous pensons que les mois et les années à venir seront synonymes de croissance et d'innovation pour Yahoo en tant qu'entreprise et en tant que marque, et nous sommes impatients de créer cet avenir avec nos nouveaux partenaires », a ainsi déclaré Guru Gowrappan.

Il est néanmoins très difficile de prédire l’avenir de la plateforme, qui reste moins attrayante que dans les années 2000 face aux nouveaux noms du secteur. Toutefois, Apollo Global Management rappelle qu’elle revendique encore 900 millions d’utilisateurs actifs par mois.