Richard Liu, fondateur du géant de l’e-commerce JD.com, a décidé de se mettre en retrait des opérations quotidiennes de l’entreprise selon une déclaration du 6 septembre. Un poste de président a été créé et confié à Xu Lei, ancien directeur de la vente au détail de l’entreprise.

Richard Liu en retrait des médias depuis une accusation d’agression sexuelle

Richard Liu, âgé de 47 ans, a créé JD.com en 2004. Il ne souhaite manifestement pas complètement abandonner son bébé. Il va désormais, en tant que fondateur et directeur général, se consacrer à la stratégie à long terme de l’entreprise et l'instauration des nouveaux cadres. Xu Lei va prendre en charge les affaires courantes et le développement des activités commerciales.

Plusieurs milliardaires ont pris la même décision que Richard Liu en 2021. Colin Huang, fondateur de Pinduoduo, la plateforme d’eCommerce qui a réalisé l’exploit de surpasser Alibaba et JD.com s’est mis en retrait. Zhang Yiming, fondateur de ByteDance a également quitté son entreprise.

Richard Liu lui-même s’était déjà mis en retrait il y a plusieurs années, tout du moins vis-à-vis des médias. En août 2018 il a été accusé de viol par une étudiante chinoise de l’université du Minnesota, aux États-Unis. Il avait expliqué à l’époque que cette relation était consentie. La justice avait classé l’affaire sans suite, faute de preuves.

JD.com n’est pas épargné par la répression de Pékin

JD.com souffre aussi, comme d’autres géants technologiques chinois, de la reprise en main du secteur numérique par le gouvernement. Depuis décembre elle a reçu plusieurs amendes de la part des autorités de régulations pour avoir mal évalué des produits vendus en ligne, avoir mal déclaré des fusions d’entreprises, elle est accusée de pratiques déloyales.

La société a restructuré, comme Ant Group, sa branche financière pour se conformer aux réglementations antitrust en janvier. En avril elle fait partie des entreprises chinoises ayant signé avec l’autorité de la concurrence une déclaration où elles annoncent la fin de leurs pratiques anticoncurrentielles.

locaux JD.com

Locaux de JD.com. Photographie : Daniel Cukier / Flickr

Le nouveau président Xu Lei montre patte blanche aux autorités

Les positions de JD.com face à cette vague de sanction ne diffèrent pas de celles de ses concurrents. Xu Lei, nouveau président de la société, avait déclaré en août que les nouvelles mesures strictes mises en place par Pékin étaient une bonne chose. Pour Xu Lei, JD.com souffrait des pratiques des autres géants du net. L’action de l’entreprise a moins pâti de la vague réglementaire chinoise avec une baisse de valeur moindre sur l’année, de 9%.

Le 3 septembre Xu Lei a également aligné celle qui est devenue son entreprise sur le projet « prospérité commune » annoncé en août par le président chinois Xi Jinping. Ce dernier vise à réduire les inégalités en Chine grâce à la philanthropie de grandes entreprises. JD.com s’est notamment engagé en faveur du soutien aux petits commerçants, en particulier en zone rurale. Comme les autres géants numériques, JD.com se conforme aux objectifs du pouvoir.