Le géant des smartphones Xiaomi a annoncé mercredi l'acquisition de Deepmotion, une startup basée à Pékin qui développe une technologie de cartographie numérique pour les véhicules autonomes. L'acquisition fait suite au plan audacieux de Xiaomi d'investir 10 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie dans le secteur des véhicules électriques.

Lors de la publication de ses résultats du deuxième trimestre, le groupe chinois Xiaomi a annoncé le rachat d’une jeune startup : Deepmotion. Elle est spécialisée dans les technologies de conduite autonome. Rachetée pour un montant de 77,37 millions de dollars, cet investissement fait suite au plan audacieux de Xiaomi d'investir 10 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie dans le secteur des véhicules électriques. Le président du groupe, Wang Xiang, a déclaré mercredi lors d’une présentation des résultats financiers que cet achat était destiné à aider Xiaomi à développer la technologie de conduite autonome de niveau 4, qui permet une conduite entièrement autonome et raccourcir le délai de mise sur le marché de son premier véhicule électrique qu’elle aimerait voir débarquer d’ici 3 ans.

Xiaomi a profité de ses très bons résultats pour se permettre de s’offrir Deepmotion. Elle a en effet enregistré un bénéfice net de 1,28 milliard de dollars au deuxième trimestre pour un chiffre d'affaires de 13,56 milliards de dollars, suite à la forte progression de la part de marché des smartphones du géant technologique chinois dans le monde, lui laissant même le luxe de ravir la place d’Apple du second plus gros vendeur de smartphones derrière Samsung.

De très bons résultats en somme qui lui permettent de se projeter sur son futur et la diversification de ses revenus. La société a conclu plusieurs accords pour investir dans des startups de conduite autonome au cours des derniers mois. Début août, la société a augmenté sa participation dans Geometrical Pal, une startup qui développe des solutions logicielles permettant aux capteurs radar des véhicules autonomes de détecter l'environnement. En juin elle a investi dans le développeur de logiciels de conduite autonome Zongmu Technology, selon Bloomberg. Elle a également recruté de manière agressive des ingénieurs automobiles, et a établi son équipe de conduite autonome avec un lot de 500 experts après avoir donné le coup d'envoi de son projet de véhicule électrique en mars.

Xiaomi est la dernière entreprise technologique chinoise à se lancer dans le secteur des véhicules électriques. Plus tôt cette année, le géant chinois des moteurs de recherche Baidu a annoncé ses premiers véhicules autonomes. En novembre, Alibaba et le constructeur automobile public chinois SAIC Motor ont déclaré qu'ils s'étaient associés pour produire des voitures électriques. Le leader du covoiturage, Didi, et le fabricant de BYD sont également en train de concevoir ensemble un modèle pour le covoiturage. Mais les géants de l’internet ne sont seuls dans la course puisqu'une série de startups spécialisées dans les véhicules électriques, telles que Xpeng, Nio et Li Auto, ont déjà lancé plusieurs modèles et sont souvent comparées à Tesla.

Toutefois le point fort de Xiaomi outre sa marque reconnue est son large réseau de distribution et sa panoplie de produit qui peut aisément s’intégrer dans une voiture comme les haut-parleurs ou les purificateurs d’air. La concurrence risque d'être très difficile dans le secteur automobile chinois.