Le groupe de presse américain Forbes a annoncé le 26 août son entrée en Bourse. Elle se fera dans le cadre d’un SPAC, une société sans activité opérationnelle dont les titres sont émis sur un marché boursier dans le but d’une ou plusieurs acquisitions dans un secteur. L’entité sera alors cotée au New York Stock Exchange (NYSE), le plus important marché d’actions des États-Unis, sous le symbole « FRBS ».

Une valorisation à 630 millions de dollars pour Forbes

C’est une nouvelle étape pour Forbes. Lancé en 1917, le magazine a gagné en notoriété grâce à son expertise dans les domaines de l’économie et de la finance. Il est également connu pour son classement des plus grandes fortunes mondiales et ses publications sur les puissants entrepreneurs. Désormais, la firme estime toucher « plus de 150 millions de personnes » aussi bien grâce à ses articles, ses conférences que ses programmes de marketing.

De ce fait, sa fusion avec l’entreprise Magnum Opus Acquisition Limited lui permettra d’accélérer sa croissance. Grâce à cette opération, le groupe bénéficiera de 600 millions de dollars d’argent frais. Avec cette somme, il souhaite améliorer ses outils afin de dynamiser les abonnements à ses plateformes payantes. L’objectif est de « convertir les lecteurs en utilisateurs engagés à long terme » et de « capitaliser davantage sur sa transformation numérique réussie ».

La transaction devrait être finalisée à la fin du quatrième trimestre 2021 ou début 2022. La société fusionnée sera alors valorisée à 630 millions de dollars.

bernard arnault en couverture de Forbes

Forbes est connu pour son classement des plus grandes fortunes mondiales. Image : Forbes

Les SPAC sont de plus en plus prisés

Ces derniers mois, de nombreuses entreprises se tournent vers des SPAC pour faire leurs débuts en Bourse. Dernièrement, ce fut le cas du site d’information BuzzFeed ou encore du spécialiste des technologies de conduite autonome Aurora. Les firmes voient en cette nouvelle procédure un moyen plus sûr de concrétiser leur opération. En cause, le fait que le prix soit directement fixé entre la firme concernée et les dirigeants du SPAC. Un accord peut donc être conclu rapidement.

Cela permet d’éviter le processus imposé par la Securities & Exchange Commission (SEC), le gendarme des marchés financiers américains. Cela s’oppose à une introduction en Bourse traditionnelle, durant laquelle la valorisation des actions peut être influencée jusqu’au dernier moment en fonction du marché. Pour Michael Federle, le PDG de Forbes, un SPAC est la méthode « la plus rationalisée pour faire son entrée en Bourse ».