À son tour, JD.com a partagé (pdf) ses résultats trimestriels. L’entreprise chinoise d’e-commerce a dépassé les attentes des analystes avec un chiffre d’affaires de 253,9 milliards de yuans, soit 33,3 milliards d’euros. Cela représente une augmentation de 26% par rapport à la même période l’année précédente.

Un nombre d’utilisateurs qui grimpe, un bénéfice net en baisse

En plus de ces bons résultats, JD.com affiche un nombre d’utilisateurs en hausse. Ce trimestre, elle en compte 27% de plus pour atteindre 532 millions. La firme en a séduit 32 millions en trois mois, notamment grâce à son festival annuel 6.18. Cet événement commercial, qui a lieu en juin, permet d’acheter des articles en promotion. Cette année, JD.com affirme que son volume de transactions a augmenté de 28%. Cela englobe la valeur totale des commandes de produits et services reçues sur sa plateforme.

Malgré ces chiffres convaincants, l’entreprise affiche une baisse de son bénéfice net, qui correspond au chiffre d’affaires moins les dépenses. Ce trimestre, il chute à 794,3 millions de yuans, contre 16,4 milliards un an plus tôt. En cause : une hausse des dépenses marketing de 56% pour poursuivre sa croissance. Par ailleurs, ce recul est principalement dû aux mauvais résultats des activités annexes, comme JD Logistics, et celles de la section New businesses qui comprend notamment JD Digits.

Aperçu de la conférence organisée par JD Digits.

Yu Zheng, vice-président de JD Digits, filiale de JD. Lors de la conférence annuelle JD Discovery en 2020. Photographie : JD.

JD.com face aux réglementations de l’Empire du Milieu

À l’annonce de ses chiffres, JD.com a mis en garde contre l’incertitude du troisième trimestre en cours. « Nous sommes confrontés à de multiples défis », a déclaré le directeur général Xu Lei aux analystes. Par cela, il entend les conditions météorologiques difficiles, la crise sanitaire, mais aussi les réglementations chinoises qui se multiplient.

Ces derniers mois, l’Empire du Milieu a haussé le ton sur le traitement des données et sur les pratiques anticoncurrentielles. De nombreuses sociétés du pays, dont Alibaba, Tencent et Didi Chuxing, se sont alors vues sanctionnées.

De son côté, JD Digits, la division fintech de JD.com, a finalement retiré sa demande d’introduction en Bourse au mois d’avril face aux nombreux changements opérés sur le marché de la Tech en Chine. Depuis, la firme file droit pour éviter de potentielles conséquences. « JD a toujours accordé une grande importance à la sécurité des données et des informations personnelles », a déclaré Xu Lei.

Le directeur général a également indiqué que JD.com avait effectué une ‘révision’ afin de se conformer aux dernières réglementations en vigueur. Le 20 août, le Comité de l’Assemblée populaire nationale a finalement voté son importante loi sur la protection des données personnelles. Elle entrera en vigueur le 1er novembre en Chine.