Alors que ses premières accusations avaient été rejetées par un juge fédéral, la Federal Trade Commission a finalement modifié sa plainte contre Facebook.

Selon le juge, James E. Boasberg, les accusations de la FTC ne contenaient pas suffisamment de preuves pour justifier l’inculpation de Facebook. Aujourd'hui l'organe de régulation décide de modifier sa plainte en disant que Facebook a violé les lois antitrust fédérales lors de l'acquisition d'Instagram et de WhatsApp.

La FTC agrémente sa nouvelle plainte avec des données plus précises

Dans cette nouvelle plainte déposée par la Federal Trade Commission (FTC), on peut lire ceci : « Facebook détient aujourd'hui, et maintient depuis 2011, une part dominante du marché des services de réseaux sociaux. Le nombre d'utilisateurs du réseau social et le temps passé par ces dernières sur les différentes plateformes apportent des preuves significatives du pouvoir de monopole de Facebook dans l'écosystème des réseaux sociaux ». La nouvelle plainte s'attaque toujours au même sujet, mais avec plus de détails et d'éléments factuels.

Dans le document publié, la FTC assure avoir trop attendu pour poursuivre le réseau social en justice. Si ce nouveau document de plainte est approuvé par le juge fédéral, alors Facebook aura jusqu’au 4 octobre 2021 pour y répondre. Sur son compte Twitter, Facebook a qualifié cette nouvelle plainte d'un document « sans fondement ». On peut lire que « dans la première plainte de la FTC, il n'y avait aucune revendication valable selon laquelle Facebook détenait un monopole, et cela n'a pas changé avec cette nouvelle version ».

Cette nouvelle version s'appuie sur des mesures d'attention

La FTC ne lâche pas le morceau au sujet des acquisitions d'Instagram et de WhatsApp par Facebook. L'organe de régulation affirme que ces deux rachats de réseaux concurrents ont permis au géant des réseaux sociaux d'acquérir un pouvoir monopolistique au sein de l'écosystème des réseaux sociaux aux États-Unis. La Federal Trade Commission avait jusqu'au 19 août pour modifier sa plainte. La FTC précise que sa présidente, Lina Khan, va continuer de jouer un rôle actif dans cette affaire. Cela n'est pas du goût de Facebook qui écrivait à ce sujet que « tout au long de sa carrière professionnelle, la présidente Khan a estimé que Facebook violait les lois antitrust ».

Quoi qu'il en soit, cette nouvelle plainte est plus précise et plus rigoureuse que la précédente. La FTC y distingue clairement Facebook des autres réseaux sociaux comme TikTok ou Reddit. Selon la définition de l'organe de régulation, le seul concurrent important de Facebook est Snapchat. La plainte s'appuie majoritairement sur des mesures d'attention pour établir la domination de Facebook, en particulier les utilisateurs actifs mensuels, les utilisateurs actifs quotidiens et le temps passé sur la plateforme. En Australie, en Allemagne et au Royaume-Uni, d'autres régulateurs ont aussi basé leurs plaintes sur de telles mesures.