Facebook a présenté jeudi devant un parterre de journalistes Horizon Workrooms, un outil de réunion à distance basé sur la réalité virtuelle. Disponible uniquement sur l’Oculus Quest, il ne s’agit ni plus ni moins que de la première pierre du réseau social quant à la création de son « metaverse », un lieu entre le réel et le virtuel qui représente le futur de l’entreprise.

Méta-quoi?

Facebook a lancé jeudi en grande pompe son service Workrooms Horizon disponible sur l’Oculus Quest 2, une première étape vers son projet de « metaverse ».

Depuis quelques années déjà Mark Zuckerberg ambitionne de se positionner comme le leader de ce qu’il considère être le « successeur de l'Internet mobile ». Le concept de métavers (ou « metaverse » en anglais), trouve son origine dans des romans de science-fiction tels que Le Samouraï virtuel et Ready Player One qui font référence à un monde partagé entre la réalité physique, augmentée, et virtuelle.

Comme l’a expliqué Mark Zuckerberg à The Verge, « vous pouvez considérer le metaverse comme un Internet incarné, où au lieu de simplement afficher du contenu, vous êtes à l'intérieur ». Après avoir loupé le coche des OS mobiles partagés entre iOS et Android, dont il dépend trop fortement, Mark Zuckerberg compte bien cette fois-ci ne pas passer à côté de la réalité virtuelle.

L’idée derrière cette philosophie, est de gagner un sentiment de présence dans l’espace lorsque l’on est en ligne. Il ne s’agirait donc pas d’être davantage connecté à Internet, mais d’interagir de façon plus naturelle par l'intermédiaire d'un casque de réalité virtuelle ou de lunettes de réalité augmentée sur lequelles Facebook travaille actuellement.

« À l'avenir, au lieu de se parler par téléphone, vous pourrez vous asseoir avec un hologramme sur mon canapé, où je pourrai m'asseoir avec un hologramme sur votre canapé, et j'aurai l'impression que nous sommes au même endroit, même si nous sommes dans des états différents ou à des centaines de kilomètres l'un de l'autre », explique-t-il encore.

Avec la pandémie, les rendez-vous en ligne se sont en effet multipliés, mais l'expérience reste encore bien monotone. Concerts, spectacles, émissions télévisées, de nombreux domaines pourraient donc profiter de cette technologie, mais dans le cas de Workroom c’est le monde du bureau qui est visé. En utilisant Workrooms, Facebook entend ainsi réenchanter les réunions à distance.

Horizon Workrooms : le futur des réunions à distance ?

Lors de sa conférence de presse dédiée à Horizon Workrooms, de nombreux journalistes ont pu essayer le service qui se révèle être réussi et montre bien qu’il ne s’agit pas d’un simple gadget pour l’entreprise. « Workrooms est notre expérience de collaboration phare qui permet aux gens de se réunir pour travailler dans la même pièce virtuelle, quelle que soit la distance physique. Elle fonctionne à la fois en réalité virtuelle et sur le web et est conçue pour améliorer la capacité de votre équipe à collaborer, communiquer et se connecter à distance, grâce à la puissance de la réalité virtuelle ».

L'objectif de Workrooms est d’offrir une salle de réunion virtuelle où les personnes propriétaires d’un casque Oculus Quest 2 peuvent se réunir et interagir comme s'il s'agissait d'une réunion de travail en personne.

Les participants (jusqu’à 16 personnes en réalité virtuelle peuvent se trouver ensemble dans une salle de travail, tandis que 34 autres personnes peuvent se joindre par appel vidéo sans porter de casque). Les fonctions classiques d'un chat vidéo sont présentes : couper son micro, partager son écran, limiter les participants... Mais pour que la magie virtuelle opère, Facebook a réuni diverses technologies dans un seul espace, notamment le suivi du bureau et du clavier en réalité mixte, le suivi des mains, le streaming du bureau à distance, la visioconférence, l'audio spatial et, bien sûr, l'utilisation d'avatars.

Horizon Workrooms, comme dans une vraie salle de réunion ?

Une fois Workroom activé l’utilisateur se retrouve dans une salle de réunion virtuelle à côté de ses collègues représentés par des avatars. Ces avatars, bien que ressemblant plus à un cartoon qu’à un humain, sont en revanche très personnalisables et permettent de réaliser des gestes comme lever la main pour prendre la parole, où se tourner vers quelqu’un lorsque l’on s’adresse à lui afin de donner une sensation de proximité. La technologie des avatars s'accompagne également d'une synchronisation des lèvres réaliste. Il n’est pas encore possible de se déplacer, mais il est possible de changer de siège ou modifier la configuration de la table.

Représentation d'une salle de réunion virtuelle dans Facebook Horizon Workroom. Un interlocuteur lève la main pour s'exprimer et ses collègues se tourent vers lui pour l'écouter.

Comme dans une réunion lorsqu'un interlocuteur lève la main pour s'exprimer les autres se tournent vers lui pour l'écouter. Image : Facebook.

Le casque Quest 2 étant intégré avec un microphone, des écouteurs et une technologie de spatialisation sonore, l'expérience est meilleure que la plupart des appels vidéo. Les utilisateurs peuvent en effet entendre les autres personnes présentes dans la salle en fonction de l'endroit où ils sont assis. Si, par exemple, un participant se détourne du groupe pendant qu'il parle, sa voix s'affaiblit pour les autres personnes présentes autour de la table de réunion numérique.

Des tableaux blancs virtuels interactifs bordent les murs afin que les gens puissent écrire et dessiner comme il le ferrait dans une salle de conférences. Il est bien évidemment possible de s’en servir pour partager son écran ou de présenter des documents, écrire avec un stylo, effacer, ou afficher des images, vidéos ou fichiers PDF.

Exemple du mode partage d'écran sur Horizon Workrooms

Exemple du mode partage d'écran sur Horizon Workrooms

Enfin, à l'aide d'une application compagnon pour son ordinateur, Workrooms permet également aux utilisateurs d'intégrer leur ordinateur de bureau ainsi que leur clavier dans le poste de travail virtuel comme on le ferait lorsque l’on se rend dans une réunion en présentiel.

Cette fois-ci Facebook n’oublie pas la vie privée

Conscient des inquiétudes du public concernant ses pratiques en matière de vie privée, Facebook précise que les caméras du Quest 2 sont traitées sur l'appareil et non pas envoyées vers ses serveurs. De plus, les conversations ou documents partagés dans Workrooms ne sont pas utilisés à des fins publicitaires ou autres. De plus les autres personnes ne sont pas en mesure de voir les écrans d'ordinateur des autres utilisateurs dans Workrooms, sauf s'ils ont choisi de le partager.

Bien qu'il ait été dit à l'origine que Horizon ferait ses débuts en 2020, l'expérience reste en version bêta sur invitation seulement, et Facebook n’a pas encore donné plus de détails pour son lancement officiel.

Les dirigeants ont fait remarquer que le produit n'était pas parfait et qu'ils étaient encore en train de résoudre plusieurs problèmes. Mais Facebook espère qu'il pourra constituer un point d'entrée pour attirer de nouveaux utilisateurs vers la réalité virtuelle.