Ron Black, ancien PDG du concepteur de puces Imagination Technologies, a fait savoir à plusieurs médias anglo-saxons qu’un consortium de neuf sociétés britanniques était prêt à acquérir Newport Wafer Fab, le plus grand fabricant de puces du Royaume-Uni. Il indique que l’opération serait menée uniquement si le gouvernement britannique décide de bloquer le rachat de Newport Wafer Fab par Nexperia, entreprise basée aux Pays-Bas, propriété du groupe chinois Wingtech.

Une opération polémique au Royaume-Uni

L’annonce de l’opération début juillet, dans un premier temps autorisée par les autorités, avait jeté le trouble outre-Manche. Travaillistes et conservateurs s’étaient étonnés que le gouvernement n’intervienne pas dans la vente du plus grand fabricant de puces du pays par un groupe chinois vu l’importance stratégique du secteur, en pleine pénurie mondiale.

Boris Johnson, le Premier ministre britannique avait fini par mandater son conseiller à la sécurité nationale, Stephen Lovegrove, pour mener une enquête sur l’opération. Le Premier ministre avait alors déclaré qu’il ne souhaitait pas tomber dans un « esprit anti-chinois ». L’entreprise n’avait, semble-t-il, pas la taille suffisante pour déclencher une intervention immédiate du gouvernement. Newport Wafer Fab a réalisé un chiffre d’affaires de 53 millions de livres sterling en 2019 (environ 62 millions d’euros).

Ron Black a expliqué au Guardian que la création du consortium était apolitique et n’était pas dirigée contre le groupe chinois Wingtech. Il explique que le groupe se positionnera uniquement si le gouvernement interdit finalement le rachat de Newport Wafer Fab. Néanmoins, l’homme est connu pour avoir démissionné de son dernier poste pour s’opposer au rachat de son entreprise de l’époque par un groupe chinois.

Les conclusions de l’examen du rachat de Newport Wafer Fab attendue en janvier

L’identité des membres de ce consortium n’a pas été révélée. Il serait composé de trois sociétés électroniques, notamment lié à l’automobile, ayant comme fournisseur Newport Wafer Fab. Trois autres entreprises viendraient du monde de la finance. Il a annoncé être prêt à mettre jusqu’à 300 millions de livres sur la table (environ 353 millions d’euros) et élargir l’activité de l’entreprise. Une petite participation pourrait même être proposée à Nexperia.

Les autorités britanniques doivent examiner si le rachat de Newport Wafer Fab par Nexperia pose des problèmes de sécurité nationale au cours du mois. Selon le Guardian les conclusions de l’enquête pourraient traîner jusqu’en janvier 2022.