Dans le courant de la semaine dernière, Mao Taotao, directeur du marketing et des relations publiques chez Weibo, a été arrêté pour corruption par les autorités chinoises. Selon le gouvernement, il aurait accepté des pots-de-vin. Reuters précise que de nombreux employés faisant partie des plus grandes entreprises technologiques chinoises, dont Tencent, Alibaba et Baidu, seraient également impliqués dans plusieurs affaires de corruption.

Un haut responsable de Weibo arrêté pour corruption

Selon les informations relayées par Reuters et le South China Morning Post, les autorités chinoises ont arrêté un haut responsable de Weibo, le directeur du marketing et des relations publiques, pour corruption. Il s'appelle Mao Taotao et il est soupçonné d'avoir "gravement porté atteinte aux intérêts de l'entreprise", selon une note envoyée au personnel de l'entreprise et publiée dans les médias locaux.

Une source interne de l'entreprise a confirmé l'exactitude de ces informations. La note interne envoyée aux employés de l'entreprise précise ceci : "conformément à la politique de l'entreprise et à la loi, nous avons décidé de licencier Mao à titre de sanction et nous ne le réembaucherons pas". Mao Taotao avait rejoint Weibo en 2010 et a rapidement gravi les échelons au sein du département marketing et relations publiques.

Le gouvernement de Xi Jinping mène une campagne anti-corruption

Weibo n'a pas souhaité répondre aux sollicitations des médias à propos de cette affaire. La lettre interne précisait simplement que : "en tant qu'employé de longue date de l'entreprise et chef d'un département important, il n'a pas su agir en tant que modèle et a succombé à la tentation, ce qui nous remplit de douleur et de regret". Au cours des dernières années, le gouvernement de Xi Jinping mène une campagne anti-corruption particulièrement soutenue. De nombreuses entreprises technologiques seraient dans le viseur des autorités à ce sujet.

Cette affaire au sein de Weibo n'est pas une exception. Au début de l'année, un haut cadre de Kuaishou a également été arrêté pour corruption présumée. Tencent a également déclaré que l'un des cadres de sa société, Zhang Feng, faisait l'objet d'une enquête des autorités pour des allégations de corruption. L'ancien employé de Tencent est actuellement détenu par le Parti Communiste pour avoir partagé les données de WeChat à un ancien haut responsable du gouvernement chinois. Cet homme politique fait aussi l’objet d’une enquête s’inscrivant dans une campagne plus large de lutte contre la corruption au sein des autorités judiciaires.