TikTok vient d’annoncer différentes mesures visant à mieux protéger les plus jeunes sur son application. La plateforme emboîte ainsi le pas à Instagram, Google et YouTube qui ont récemment décidé de mettre l’accent sur la sécurité des mineurs.

Quelles mesures vont être introduites ?

Ce n’est pas la première fois que TikTok instaure des nouveautés pour réguler l’utilisation des plus jeunes. En plus d’avoir introduit un contrôle parental, l’application chinoise a également annoncé, en janvier 2021, de nombreuses mesures visant à « fournir des paramètres et des contrôles de confidentialité adaptés » à l’âge des mineurs. Ces nouvelles directives viennent donc les compléter et entreront en vigueur dans les mois qui arrivent.

Tout d’abord, les paramètres de messages privés des utilisateurs de 16 et 17 ans seront désormais activés sur « personne » ; si la plateforme ne les empêche pas d’en envoyer, ils devront le faire en activant l’option. Toujours dans l’optique de faire prendre conscience aux adolescents l’impact des réseaux sociaux, les jeunes de moins de 16 ans auront le choix, lors de la publication de leur première vidéo, de choisir qui peut voir le contenu, c’est-à-dire leurs abonnés, leurs amis ou seulement eux-mêmes, TikTok ayant pris soin de ne pas ajouter l’option « tout le monde ».

Par ailleurs, les adolescents ayant entre 16 et 17 ans devront préalablement l’autoriser s’ils souhaitent que leurs vidéos soient téléchargeables, l’application leur rappelant que cela signifie qu’elles peuvent être partagées sur d’autres réseaux sociaux. Enfin, les utilisateurs âgés de 13 à 15 ans ne recevront plus de notifications push après 21 heures, une mesure inédite qui n’a, pour l’instant, pas été reprise par d’autres plateformes majeures.

Les grandes plateformes mettent enfin l’accent sur la sécurité des mineurs

Alors que de plus en plus d’études et de rapports scientifiques soulignent les méfaits des réseaux sociaux sur les plus jeunes, les grandes plateformes tentent maintenant d’introduire des fonctionnalités permettant de mieux réguler leur usage. En outre, les régulateurs de nombreux pays s’en prennent directement aux géants du web et les poussent à revoir leur politique de confidentialité et d’utilisation lorsque cela concerne des mineurs.

TikTok, qui est récemment devenue l’application la plus téléchargée au monde, ne déroge pas à la règle et a déjà dû se frotter à la justice par le passé. En 2019, la firme a en effet été condamnée à verser 1,1 million de dollars pour avoir exploité les données de 6 millions d’enfants.