« Ce hub va nous permettre d'envoyer des colis aux clients plus rapidement. C'est une grosse affaire », a déclaré Jeff Bezos, alors PDG d'Amazon, en 2019 lors de l’annonce du projet de hub aérien dans le Kentucky. Ce projet d'Amazon s’est concrétisé le 11 août 2021 avec l'inauguration de la plateforme de correspondance aéroportuaire. Sa capacité permet l’accueil d’une centaine d’avions et de 200 vols quotidiens.

Situé au nord du Kentucky, à la frontière de l’Ohio près de Cincinnati, ce terminal aéroportuaire se présente comme le nouveau nerf central des livraisons du groupe aux États-Unis. Il doit permettre une accélération des livraisons et un meilleur contrôle de la chaîne logistique. Ce projet, entrepris il y a quatre ans, se chiffre à 1,5 milliard de dollars. Lors de son officialisation en 2019, Jeff Bezos avait déplacé, de quelques mètres, de la terre à bord d’un tractopelle.

Le hub aérien s’étend sur un peu plus de deux kilomètres carrés (600 acres). Il comprend une aire de stationnement pour les avions, un parking sur plusieurs étages et sept bâtiments. Un centre de tri robotisé y a également été construit afin de répartir les colis par code postal pour ensuite les attribuer aux livreurs.

Le hub de Cincinnati ou « le pilier des efforts d'Amazon »

Amazon Air, la branche de fret aérien du groupe de Jeff Bezos, a été lancée en 2016. Si cette branche opère déjà depuis plus d’une quarantaine d’aéroports à travers les États-Unis, celui de Cincinnati vise à devenir à point de référence pour le groupe. Selon un rapport (pdf) de l'Institut Chaddick publié en septembre 2020, Le hub de Cincinnati incarne « le pilier des efforts d'Amazon pour développer une gamme complète de services de livraison à travers les États-Unis ».

Cette plateforme aéroportuaire permet au groupe de gagner de l’indépendance face aux services de livraisons comme UPS et FedEX et probablement de les concurrencer. Néanmoins, Sarah Rhoads, la vice-présidente d'Amazon Global Air précise que l’entreprise se concentre aujourd’hui uniquement sur ses propres colis. « Nous avons construit le hub de Cincinnati pour servir nos clients Amazon, il n'y a pas vraiment d'autre objectif que celui-là », soutient-elle à CNBC.

Ce n’est pas le premier investissement massif d’Amazon dans le secteur aérien. En novembre 2020, le groupe a également ouvert un hub aérien en Allemagne, à Leipzig - Halle. Par ailleurs, l’entreprise, qui auparavant possédait des avions en leasing, a acheté 11 avions au début de l’année 2021. La flotte d’Amazon Air compte aujourd’hui 75 avions, en leasing et achetés. D’ici 2022, le groupe prévoit de l’élargir à 85 appareils.