Xiaomi frappe un grand coup dans le monde de la robotique. Ce 10 août, la société chinoise vient de dévoiler son chien robot CyberDog, open source. Ressemblant fortement à son homologue américain Spot, de Boston Dynamics, il devrait en revanche coûter 1 300 €, contre 74 500 $. Visuellement le robot est une copie carbone de son concurrent plus onéreux. Xiaomi promet la possibilité de développer sur une plateforme totalement open source, basée sur le partage communautaire.

La machine propose une fiche technique plutôt alléchante, avec une vitesse de 11 km/h, un servomoteur de 32 Nm, une charge utile de 3 kg, et une puissante combinaison entre une puce graphique Nvidia et processeur Intel. Pour agrémenter le CyberDog, on retrouve onze capteurs pour l’aider à s’orienter dans l’espace. Le but est clairement d’en faire un robot autonome, géré par une intelligence artificielle.

Xiaomi détaille : « CyberDog peut analyser son environnement en temps réel, créer des cartes de navigation, tracer sa destination et éviter les obstacles. Couplé à la posture humaine et au suivi de la reconnaissance faciale, CyberDog est capable de suivre son propriétaire et de contourner les obstacles. »

Pour réussir une telle prouesse, Xiaomi compte sur sa communauté en fournissant le robot à petit prix. Les 1 000 premiers robots seront fournis à des ingénieurs, des chercheurs en robotique ou même des fans curieux de découvrir ce que l’entreprise chinoise a conçu. Dans son communiqué du 10 août, Xiaomi promet de partager toutes les avancées de sa communauté : « Xiaomi mettra en place la « Communauté Xiaomi Open Source » pour partager en permanence les progrès et les résultats avec les développeurs du monde entier, et promet de créer un laboratoire de robotique pour fournir une plate-forme aux ingénieurs pour poursuivre la poursuite des innovations futures… ».

Un robot aussi abordable pourrait ainsi ouvrir de nouvelles possibilités en matière de recherche universitaire. Si le prix est confirmé, cela voudrait dire que CyberDog est 60 fois moins cher que son compère Spot, de Boston Dynamics. Le robot chinois pourrait ainsi détrôner l’américain en matière de recherche et d’expérimentation robotique.