Avec la crise sanitaire, les réseaux sociaux ont continué à devenir un nid à fake news. Récemment, nous apprenions même qu’une agence de communication avait sollicité des influenceurs afin de dénigrer le vaccin contre la Covid-19 de Pfizer-BioNTech sur différents réseaux sociaux. Face à cette situation, Facebook vient de réagir en bannissant une entreprise de marketing russe ayant mené une campagne de désinformation autour des vaccins par le biais d’influenceurs et de faux comptes.

Le combat de Facebook contre la désinformation continue

Dans un rapport publié le 10 août, Facebook a fait le bilan sur les comportements inauthentiques coordonnés (CIB) durant le mois de juillet 2021, soit les campagnes coordonnées cherchant à manipuler le débat public sur ses applications.

Le groupe de Mark Zuckerberg explique ainsi avoir supprimé deux réseaux de Russie et de Myanmar. Concernant le cas de l’entité russe, nous apprenons notamment que celui-ci est directement lié aux récentes sollicitations d’influenceurs afin de saper le vaccin Covid-19 de Pfizer-BioNTech.

À la suite d’une analyse approfondie par ses équipes de renseignements, Facebook explique notamment que l’une des opérations concernait un réseau russe coordonné par la société Fazze. Au total, la plateforme précise avoir supprimé 65 comptes Facebook et 243 comptes Instagram de Russie liés à Fazze.

Facebook explique que les opérations menées par cette filiale d'une société de marketing enregistrée au Royaume-Uni étaient principalement effectuées depuis la Russie. Cette campagne « multiplateforme ciblait des publics principalement en Inde, en Amérique latine et dans une bien moindre mesure aux États-Unis » d’après les découvertes du groupe.

Facebook ajoute que la campagne s’est déroulée en deux vagues distinctes : « Tout d'abord, en novembre et décembre 2020, le réseau a publié des memes et des commentaires affirmant que le vaccin AstraZeneca Covid-19 transformerait les gens en chimpanzés », et « cinq mois plus tard, en mai 2021, il a remis en question la sécurité du vaccin Pfizer en publiant un document d'AstraZeneca prétendument piraté et divulgué ».

Exemple de meme partagé sur Facebook

Exemple de meme partagé sur Facebook. Source : July 2021 Coordinated Inauthentic Behavior Report / Facebook.

Nous n’avons cependant aucune information sur les personnes ayant commandé cette campagne de désinformation auprès de Fazze. Ben Nimmo, responsable mondial du renseignement sur les menaces pour les opérations d'influence chez Facebook, souligne cependant que l’activité « coïncidait à peu près avec les moments où les régulateurs et certains des pays ciblés discutaient d'une autorisation d'urgence pour chaque vaccin ». Il ajoute que cette campagne aurait été « bâclée » et aurait obtenu un engagement « assez faible ».