Ethereum a activé le 5 août le « hard fork London », l’une des plus importantes mises à jour de la cryptomonnaie la plus populaire du monde après le Bitcoin. Son objectif est de répondre à deux difficultés d’Ethereum, la mise à l’échelle de la blockchain et les frais de transaction très volatils, parfois très élevés. Des problèmes qui ont eu tendance à s’aggraver ces derniers mois avec un regain d’intérêt pour les jetons non fongibles (les NFT), principalement construit sur la blockchain d’Ethereum et la croissance de la finance décentralisée.

Stabiliser les frais des transactions

L’Ethereum a déjà eu plusieurs mises à jour, 11 en tout. Des hard fork nommés selon le nom de la ville où est organisée la conférence des développeurs d’Ethereum. Celle-ci crée toutefois des remous par son ampleur. Cinq propositions, ou Ethereum Improvement Proposals ont été dévoilées, dont l’une attire toutes les attentions, l’EIP-1559.

Elle traite du changement des frais de transaction. Jusqu’à la mise à jour, les utilisateurs participaient à une enchère ouverte à chaque bloc, il offrait une enchère au mineur. Ce système avait pour défaut de, par moments, provoquer un emballement des prix, certains utilisateurs payant une grosse somme pour obtenir un statut privilégié au sein du bloc. Auston Bunsen, cofondateur et directeur technique de QuikNode, spécialiste de la blockchain, a expliqué à CNBC que « Parfois, les gens sont prêts à payer beaucoup pour entrer dans une blockchain. Fifteen-fifty-nine cherche à remédier à ce problème en créant des frais de base ».

Désormais les frais de transaction seront calculés par un algorithme, basé sur la demande globale. Le but est d’uniformiser les prix, mais cela ne rime pas nécessairement avec une baisse des prix de l’Ether. Les utilisateurs auront également la possibilité de laisser un pourboire pour se placer en bonne position sur la file d’attente. Pour Nic Carter, partenaire général de Castle Island Ventures et cofondateur de Coin Metrics., « Cela ajoute beaucoup de complexité à la logique des frais, mais c'est une approche intéressante qui pourrait potentiellement stabiliser la dynamique des frais ».

La taille des blocs va également être doublée. Théoriquement cela signifie que deux fois plus de transactions seront possibles, mais les blocs devraient rester à moitié pleins. L’objectif à nouveau est de stabiliser les frais avec un modèle facilement adaptable aux fluctuations de la demande.

Les mineurs d’Ethereum condamnés à disparaître ?

L’autre proposition notable de ce hard fork est l’EIP-3554. L’Ethereum va se passer du système de minage classique « Proof-of-work », qui crée de l’Ether en résolvant des équations. Un mode de fonctionnement critiqué, car énergivore. C’est la raison qui avait poussé Elon Musk à abandonner le Bitcoin comme mode de paiement pour Tesla.

Ethereum vante un nouveau système qui pourrait être 99,95% moins gourmand. Ce système appelé « proof-of-stake » est, comme son nom l’indique, basé sur une preuve de participation. L’utilisateur va exploiter leur stock d’Ether pour vérifier les transactions et frapper un nouveau jeton.

Un changement majeur pour la communauté des cryptomonnaies. Les mineurs vont gagner moins d’argent avec ce hard fork et la transition vers le « proof-of-stake », pourra rendre l’Ethereum impossible à miner lorsqu’elle sera terminée.