Motherboard, a révélé le 4 août avoir eu accès à un document interne de Google concernant les licenciements pour motif de sécurité. Une part de ces sanctions concerneraient un accès frauduleux aux données d’utilisateurs ou d’autres employés. Google a, semble-t-il, confirmé l’authenticité du document. L’entreprise a expliqué au média faire « preuve de transparence en publiant le nombre et le résultat de nos enquêtes auprès de nos employés ».

Selon le document en question, 36 employés ont été licenciés en 2020 pour des raisons de sécurités, 26 en 2019 et 18 en 2018. Pour la plupart ils étaient soupçonnés par le géant d’une mauvaise gestion des informations, comme le transfert d’informations internes à des tiers. Google a expliqué que « Les cas auxquels il est fait référence concernent principalement l'accès inapproprié à des informations exclusives et sensibles de l'entreprise ou à la propriété intellectuelle, ou leur mauvaise utilisation ».

Plus sérieux pour un géant de la Tech tel que Google, une part des salariés licenciés l’ont été pour avoir consulté, modifié ou supprimé des données d’utilisateurs ou de collègues. Cela concernerait 10% des cas en 2020 et 13% en 2019.

Google assure que le nombre de cas est faible et l'accès aux données utilisateurs strictement limité

L’idée qu’un employé d’une entreprise si vaste puisse fouiller les données d’un utilisateur est particulièrement dérangeante. Depuis l’affaire Cambridge Analytica, impliquant Facebook, la gestion des données par les GAFAM est l’objet d’intenses débats.

Google est conscient que de tels soupçons, même s'ils concernent des cas isolés, peuvent sérieusement nuire à son image. L’entreprise a assuré que « le nombre de violations qu'elles soient délibérées ou involontaires, est constamment faible », ce qu’attestent les chiffres divulgués par Motherboard. Il s’agit toutefois d’un document et de sanctions internes, certains cas pourraient ne pas être recensés ou tout simplement être ignorés par l’entreprise elle-même.

Google a assuré prendre toutes les précautions pour éviter ce type de situation, « En ce qui concerne les données des utilisateurs, nous limitons strictement l'accès des employés grâce à un certain nombre de mesures de protection à la pointe de l'industrie, notamment : la limitation de l'accès aux données des utilisateurs aux personnes nécessaires, l'exigence d'une justification pour accéder à ces données, un examen en plusieurs étapes avant que l'accès ne soit accordé aux données sensibles, et la surveillance des anomalies et des violations d’accès ». Si Google a fait le choix de la transparence, tout du moins envers ses employés, la plupart des grandes entreprises technologiques sont confrontées à ce type de difficulté.