Nouveau coup de massue pour Tencent. Le mois de juillet a été la pire période depuis son introduction en Bourse et les pertes pourraient se faire plus importantes ce mois-ci. En effet, pour la seconde fois en une semaine, la firme suscite l’inquiétude des investisseurs. En cause, un article de l’Economic Information Daily, un quotidien officiel chinois, publié le 3 août, dans lequel les jeux vidéo sont vivement critiqués.

Les jeux en ligne qualifiés de “drogues électroniques”

“De l’opium pour l’esprit” et des “drogues électroniques”. C’est ainsi que le journal, propriété de l’État chinois, a qualifié les jeux en ligne et a fait chuter les actions de nombreuses entreprises. Dans son article, il affirme que l’abus des jeux vidéo peut avoir des conséquences fatales pour les enfants. Il indique également que “la société a pris conscience des dommages causés”.

Dans la même catégorie

Le quotidien pointe du doigt Tencent et son jeu très populaire, Honor of Kings. Il soutient que “les étudiants y jouent jusqu’à huit heures par jour et demande que l’industrie soit davantage contrôlée”, rapporte la BBC.

Dans les heures qui ont suivi, l’article n’était plus accessible. Peu de temps après, il est réapparu, sans les termes les plus durs. Selon une source proche des autorités de régulation chinoises, “cette attaque contre l’industrie ne représente pas la position officielle de Pékin”.

Nouvelles critiques riment avec restrictions et pertes pour Tencent

De leur côté, les investisseurs voient cela comme le signe d’une “nouvelle vague de répression réglementaire”, détaille le Wall Street Journal. Nombre d’entre eux se sont empressés de vendre certaines de leurs actions. À la clôture de la Bourse, celles de Tencent chutaient de 7% tandis que celles NetEase, un autre géant du jeu vidéo, baissaient de 9%.

Toujours dans l’optique d’éviter les tensions avec les régulateurs chinois, Tencent a déclaré qu’il allait introduire de nouvelles mesures, d’abord pour Honor of Kings. En effet, la firme compte imposer des limites de temps d’écran plus strictes que celles préconisées par les autorités. Les jeunes utilisateurs pourront jouer pendant une heure les jours de semaine et deux heures le samedi, le dimanche et les jours fériés. Cette politique sera étendue à tous les jeux vidéo de Tencent.

Bien qu’aucune restriction officielle n’ait été annoncée pour le moment, il ne serait pas surprenant que les régulateurs du pays s’expriment bientôt à ce sujet. Certaines sociétés chinoises ont déjà fait les frais du durcissement réglementaire, notamment Alibaba, qui s’est vu infligé une amende de 2,3 milliards de dollars. Également, le secteur de l’EdTech n’a pas été épargné, et le marché des jeux vidéo pourrait être le prochain sur la liste.