Le Financial Times a dévoilé le 1er aout que les entreprises pharmaceutiques Pfizer-BioNTech et Moderna devraient augmenter le prix auquel sont vendus leurs vaccins contre le Covid-19 à l’Union européenne.

Le secrétaire d’État français Clément Beaune confirme l’augmentation

Selon les éléments du journal britannique, le vaccin Pfizer-BioNTech devrait passer de 15,5 euros à 19,5 euros, soit une hausse de 25%. Le prix du vaccin Moderna pourrait passer de 19 euros à 21,5 euros, soit une hausse d’un peu plus de 10%. La Commission européenne et les deux entreprises pharmaceutiques ont refusé de communiquer, discrètes sur les prix des vaccins selon leurs habitudes.

Le lendemain, le lundi 2 août, le secrétaire d’État français aux Affaires européennes, Clément Beaune a lui confirmé à demi-mot une hausse des prix des vaccins au micro de RFI, « Il faut regarder tout cela de manière rationnelle, ne pas se faire avoir évidemment, mais avoir des contrats plus exigeants, avec des produits adaptés aux variants probablement oui, pas seulement pour l'Union européenne, pour tous les acheteurs ce sera un peu plus cher ».

Les vaccins contre le Covid-19, une activité très lucrative

Quelques jours plus tôt, le 29 juillet, l’ONG Oxfam avait critiqué ces « groupes pharmaceutiques qui profitent de leur monopole pour gonfler démesurément le prix de vente de leur vaccin ». Selon un rapport de la People’s Vaccine Alliance dont fait partie l’organisation, « La France aurait payé 4,6 milliards d’euros de plus que le coût de production des vaccins Pfizer et Moderna. Pour l’Union européenne le surcoût atteindrait les 31 milliards d’euros ». Seul AstraZeneca a fait le choix de vendre à prix coûtant son vaccin.

Selon Gizmodo Albert Bourla, PDG de Pfizer, a déclaré que le vaccin avait généré 7,8 milliards de dollars (environ 6,5 milliards d’euros) de chiffre d'affaires au second trimestre 2021. Le PDG a également précisé que Pfizer doit fournir des vaccins à prix modéré dans les pays à faible revenu, « nous pratiquons des prix conformes aux niveaux de revenus ou à un prix sans but lucratif », a-t-il précisé. La capitalisation boursière de BioNTech, la startup partenaire de Pfizer, atteint 43 milliards de dollars d’après l’AFP et Le Monde. Celle de Moderna atteint 69,5 milliards.

En mai l’Union européenne a passé un nouveau contrat pour acheter d’ici 2023 1,8 milliard de doses de vaccin Pfizer-BioNTech. Le mois suivant un accord pour 150 millions de doses a été signé, cette fois avec Moderna. Ces nouveaux contrats ont permis à Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, de déclarer que l’Europe avait suffisamment de doses en juillet pour vacciner 70% de sa population adulte, soit 336 millions de personnes.