L'heure est au bilan pour Spotify. Ce 28 juillet 2021, le service de streaming suédois a publié les résultats financiers de son deuxième trimestre 2021, et ils sont plutôt positifs. Que ce soit en termes de croissance du nombre d'abonnés premium, de chiffre d'affaires, ou encore de marge brute, Spotify a réussi à dépasser ses propres prévisions. Seule ombre au tableau : le nombre d'utilisateurs actifs mensuels, qui n'atteint pas les objectifs attendus.

Spotify rassemble 365 millions d'utilisateurs

Spotify continue de séduire de nouveaux usagers chaque jour. Lors de ce second trimestre 2021, le service de streaming a atteint les 365 millions d'utilisateurs actifs mensuels, ce qui représente une hausse de 3% par rapport au premier trimestre de l'année (356 millions d'utilisateurs), et une augmentation de 22% en comparaison au second trimestre 2020 (299 millions d'utilisateurs).

Une belle progression, mais qui se trouve tout de même en dessous des objectifs fixés par Spotify lui-même. Dans son rapport trimestriel, le service de streaming explique notamment ce résultat par la pandémie "qui a continué de peser sur notre performance dans plusieurs marchés et qui, dans certains cas, nous a obligé à interrompre nos campagnes marketing". Spotify évoque également "un problème technique lors des inscriptions (...) qui a créé des frictions inattendues au niveau de la prise en charge".

Notons que c'est en Europe que Spotify trouve sa plus grande part de marché. De fait, 34% de ses utilisateurs actifs mensuels sont originaires du Vieux Continent, quand ils sont "seulement" 24% en Amérique du Nord, et 22% en Amérique du Sud. Sans donner davantage de précisions, Spotify a déclaré que les 20% restants viennent "du reste du monde".

Parmi ces 365 millions d'utilisateurs, 165 millions sont des abonnés premium. De ce côté, les feux sont au vert puisqu'il s'agit d'une hausse de 20% par rapport à la même période l'année précédente (138 millions), et une progression de 4% par rapport au premier trimestre 2021 (158 millions).

Sur ce point précis, l'écart géographique se creuse puisque 40% des abonnés premium viennent d'Europe, 29% sont originaires d'Amérique du Nord, et 20% d'Amérique latine. Ils sont seulement 10% à représenter le reste du monde.

Des revenus en hausse de 23%

Côté finance, Spotify a également de quoi se réjouir. Le service de streaming a atteint les 2,331 millions d'euros de revenus, soit une hausse de 23% en glissement annuel, et une augmentation de 9% d'un trimestre à l'autre. Un résultat obtenu grâce à la hausse du nombre d'abonnés premium (2 056 millions d'euros de chiffre d'affaires, +17% par rapport à 2020), mais aussi grâce à la publicité (275 millions d'euros de chiffre d'affaires, +110% en comparaison à 2020).

Spotify précise par ailleurs que "le chiffre d'affaires généré par la publicité a dépassé" ses prévisions grâce "à une forte demande" de la part des annonceurs par rapport à l'année précédente. Le service de streaming continue en estimant que "la force du chiffre d'affaires généré par la publicité a été menée par nos canaux de vente directe et de podcasts".

Rappelons que sur Spotify, le format podcast est particulièrement en vogue et démontre une croissance annuelle à trois chiffres. Il faut dire que le géant du streaming à mener de nombreux efforts pour développer cette catégorie, notamment avec le rachat The Ringer et la plus récente acquisition de la startup Podz. Il a également multiplié les nouvelles fonctionnalités au tour de ce format, et pense même à créer une offre d'abonnement dédiée à celui-ci. Une stratégie manifestement payante compte tenu de ses derniers résultats trimestriels.