Le 23 juillet, la firme a offert un peu plus de détails sur Privacy Sandbox en dévoilant le calendrier de son déploiement. En mettant fin à l’usage des cookies tiers, ce projet vise à créer de nouvelles techniques de ciblage publicitaire en ligne, tout en protégeant davantage la vie privée des internautes. Cette feuille de route, plutôt laborieuse, a notamment pour but de remplacer les cookies, dont la fin est programmée pour 2023.

Quatre grandes catégories pour le projet Privacy Sandbox

Pour mener à bien Privacy Sandbox, Google présente quatre grandes catégories qui permettront de progressivement transformer le ciblage publicitaire. La première, qui concerne la lutte contre le spam et la fraude en ligne, comprend l’interface de programmation Trust Tokens. Elle s’assure que les visiteurs ne sont pas des robots, sans collecter leurs données personnelles.

Google dédie une catégorie à l’affichage de publicités et contenus pertinents, qui contient le litigieux FLoC, permettant aux sites de connaître les intérêts d’un utilisateur sans avoir recours au ciblage individuel. Il vise à mieux protéger la vie privée en ligne et complétera FLEDGE. Ce dernier offrira aux annonceurs une solution pour faire du reciblage publicitaire, sans avoir recours aux cookies tiers.

La firme de Mountain View prévoit également de mesurer plusieurs performances des publicités digitales en faisant appel à plusieurs API. Elles permettront par exemple d’évaluer quand l’action d’un utilisateur, comme un clic, entraîne une conversation. L’objectif de Privacy Sandbox est aussi de renforcer les limites de confidentialité entre les sites.

calendrier déploiement privacy sandbox

Le calendrier de Privacy Sandbox s’étale jusqu’en 2023. Graphique : Google

Ainsi, ces propositions visent à offrir plus de confidentialité aux utilisateurs, tout en proposant des méthodes utiles aux annonceurs et aux spécialistes du marketing. Google présage qu’une partie d’entre elles soient “prêtes à être adoptées” dès le troisième trimestre 2022 afin d’être déployées fin 2023.

Pour cela, l’entreprise a mis au point un calendrier bien précis qui se dessine en cinq étapes, la première étant la phase de discussion, durant laquelle les différentes technologies sont abordées sur des sites spécialisés comme GitHub. Au cours de la phase d’essais, elles pourront être testées par les développeurs. Si les résultats sont fructueux, elles passeront en phase d’adoption et deviendront progressivement disponibles dans Google Chrome. Enfin, la période de transition servira à supprimer au fur et à mesure les cookies.

La firme a indiqué que “les discussions et les phases de test prolongées produisent souvent des solutions meilleures et plus complètes, et le calendrier des tests et de l'adoption des cas d'utilisation pourrait changer en conséquence”, de sorte que les dates ne sont définitives.