Le 22 juillet, c’était au tour d’Intel de dévoiler son bilan trimestriel (pdf). L’entreprise, désormais dirigée par Pat Gelsinger, a dévoilé des résultats supérieurs à ses propres attentes et à celles des analystes, notamment grâce à la demande de PC.

Le chiffre d’affaires d’Intel légèrement en hausse

Ce trimestre, la firme de Santa Clara a présenté un bénéfice net de 5,1 milliards de dollars sur un chiffre d’affaires de 18,5 milliards. Un montant supérieur aux prévisions de 17,8 milliards de dollars et une augmentation de 2% par rapport au second trimestre 2020. Cette stabilité a été saluée par les investisseurs.

En cause, les ventes de plateformes PC d’Intel, qui ont progressé de 33% comparés à la même période l’année précédente. “Alors que l'informatique devient omniprésente, nous constatons une demande soutenue de la part des clients. L'écosystème a recommencé à expédier plus d'un million d'unités de PC par jour, malgré la pénurie de composants”, explique Pat Gelsinger lors d'une conférence téléphonique.

Par ailleurs, les chiffres sont également en hausse du côté des ventes de puces pour PC, avec une croissance de 6%. En revanche, le second plus important segment d’Intel, qui concerne les puces pour centres de données, a baissé de 9%. L’entreprise a expliqué qu’il s’agissait d’un “environnement concurrentiel difficile”, faisant référence à son concurrent AMD.

Intel veut revenir dans la course de la fabrication de puces

Pat Gelsinger a expliqué que la demande de semi-conducteurs dans le domaine des centres de données et du cloud explose. Pour faire face à cela et s’imposer face à ses concurrents, Intel souhaite renforcer son activité de fonderie. Acquérir GlobalFoundries, le plus gros fabricant de semi-conducteurs au monde serait un premier bon pas.

En mars dernier, le PDG d’Intel a annoncé qu’une plus grande partie de sa production de puces serait externalisée à des fonderies tierces. Cela permettrait d’en produire davantage pour d’autres sociétés en utilisant ses propres fonderies. De plus, elle prévoit d’investir 3,5 milliards de dollars dans la fabrication de puces aux États-Unis, en plus des 20 milliards déjà investis.

À noter que le dirigeant de la firme a répété lors de la conférence téléphonique que la pénurie de composants électroniques pourrait perdurer jusqu’en 2023. Selon lui, les entreprises de la Tech devront faire face au point le plus critique lors du second semestre 2021.

Enfin, face à ces bons résultats, Intel a augmenté ses prévisions annuelles, prévoyant un chiffre d’affaires de 73,5 milliards de dollars. Néanmoins, elles inquiètent et déçoivent certains analystes, qui s’attendaient à des estimations plus importantes en pleine pénurie. Pour eux, cet objectif de ventes annuelles suggère un quatrième trimestre plus faible. Son action a baissé de 3% en bourse suite à cette annonce.