Selon le prédisent des États-Unis, les plateformes comme Facebook peuvent "tuer des gens" à cause des fausses informations qui y circulent. Dans une récente déclaration, Joe Biden a notamment voulu parler de la désinformation à propos du vaccin contre le Covid-19 qui ne cesse de croître sur les réseaux sociaux.

Joe Biden monte au créneau

La Maison Blanche met la pression contre la désinformation à propos de la vaccination. Vendredi 16 juillet, le président Joe Biden a ouvertement critiqué Facebook et les autres plateformes pour leur politique quant à la désinformation. Selon le président des États-Unis, à force de ne pas sévir, les réseaux sociaux sont responsables de l'augmentation du nombre de décès.


Interrogé sur le message à adresser aux réseaux sociaux dans le cadre de la campagne de vaccination, Joe Biden a déclaré que : "les réseaux sociaux tuent des gens... la seule pandémie que nous ayons est celle des personnes non vaccinées, et elles tuent des gens". Un commentaire très fort qui a eu immédiatement des répercussions dans tout le pays. Des déclarations qui surviennent après une campagne menée par la Maison Blanche pour faire pression sur Facebook et les autres plateformes pour qu'elles mettent en place des stratégies plus agressives pour lutter contre la désinformation.

Le 15 juillet, un rapport publié par Vivek Murthy appelait les réseaux sociaux à instaurer des sanctions plus strictes contre les comptes qui partagent des informations erronées à propos de la vaccination. Les experts estiment que ces fausses informations peuvent être très dangereuses pour la santé publique du pays et qu'elles pourraient même entraîner un rebond de l'épidémie. Joe Biden n'a pas hésité : il a spécifiquement dénoncé les algorithmes des réseaux sociaux comme des moteurs de la désinformation.

Dans le viseur des autorités : les algorithmes des plateformes

Dans son rapport, Vivek Murthy explique que : "les réseaux sociaux ont conçu des fonctionnalités de produit, telles que les boutons 'J'aime', qui nous récompensent pour le partage de contenu à forte charge émotionnelle, et non de contenu exact. Les algorithmes peuvent nous entraîner dans un puits de désinformation, et c'est extrêmement dangereux".

Un porte-parole de Facebook a déclaré à ce propos que : "nous ne nous laisserons pas distraire par des accusations qui ne sont pas étayées par les faits. Le fait est que plus de 2 milliards de personnes ont consulté des informations faisant autorité sur le Covid-19 et les vaccins sur Facebook, ce qui est plus que n'importe quel autre endroit sur Internet. Plus de 3,3 millions d'américains ont également utilisé notre outil de recherche de vaccins pour savoir où et comment se faire vacciner. Les faits montrent que Facebook contribue à sauver des vies".