Après avoir levé 500 millions de dollars en février 2020, puis 80 millions cinq mois plus tard, Revolut a effectué le 15 juillet sa troisième levée de fonds en l’espace d’un an et demi. Cette opération lui permet de rassembler 800 millions de dollars, et de devenir la troisième plus grande Fintech du monde, et la première du Royaume-Uni.

Revolut est valorisé à 33 milliards de dollars

Si la crise sanitaire a particulièrement impacté Revolut, la firme semble avoir bien rebondi. L’application, qui fournit des services bancaires, d’investissement ou encore de transfert de devises, est désormais valorisée à 33 milliards de dollars après ce nouveau tour de table. Ce dernier a été mené par SoftBank et Tiger Global.

Avec 16 millions d’utilisateurs autour du globe et 150 millions de transactions effectuées sur sa plateforme chaque mois, Revolut a le potentiel de devenir un acteur essentiel au sein des marchés sur lesquels il est présent. “Les investissements de SoftBank et Tiger Global sont une approbation de notre mission de créer une super app financière mondiale qui permet aux clients de gérer tous leurs besoins financiers via une seule plateforme”, explique Nikolay Storonsky, cofondateur de Revolut.

Grâce à cette opération, la néobanque va pouvoir financer ses projets de croissance, autant dans les transferts d’argent que l’épargne. Outre cela, elle compte concrétiser ses désirs d’expansion, en s’implantant sur de nouveaux marchés, comme l’Inde. Par ailleurs, elle souhaite se développer davantage aux États-Unis. “Nous pensons que l'expérience client supérieure de Revolut et l'accent mis sur le développement rapide de produits placent l'entreprise dans une position solide pour continuer à évoluer dans les zones géographiques existantes et nouvelles”, a déclaré Scott Shleifer, partenaire de Tiger Global, dans un communiqué.

Ces derniers mois, les Fintechs ont le vent en poupe. Ces entreprises, qui développent des technologies pour transformer le modèle financier traditionnel, attirent toujours autant d’investisseurs que les années précédentes. Au deuxième trimestre 2021, elles ont levé 33,7 milliards de dollars selon CB Insights, marquant un record. Dernièrement, la Fintech française Agicap a levé 82 millions d’euros et les grandes entreprises multiplient les investissements dans ce secteur. En effet, Visa y a enfin mis un pied en rachetant la start-up Tink tandis que Bpifrance a annoncé en janvier consacrer 100 millions d’euros aux Fintechs.