Le ministère chinois de l’Industrie et des Technologies de l’information (MIIT) a publié, le 12 juillet 2021, un projet triennal visant à renforcer le secteur de la cybersécurité dans le pays. Le ministère espère que l’industrie générera 38,6 milliards de dollars en Chine d’ici 2023.

La cybersécurité, un marché qui pourrait générer 345,4 milliards de dollars en 2026

Selon cette stratégie, plusieurs secteurs clés, comme celui des télécommunications, devront consacrer 10% de leurs budgets à la mise à niveau informatique de leur cybersécurité d’ici à 2023. Il s’agit pour la Chine d’un enjeu économique : en 2020, l’industrie locale de la cybersécurité pesait déjà 25,8 milliards de dollars. Dans le monde, la somme s’élève à 217,9 milliards en 2021 selon l’organisation Research and Markets, relayée par le South China Morning Post. En 2026, les projections atteignent 345,4 milliards de dollars, avec un fort potentiel de croissance dans la région Asie-Pacifique.

L’autre objectif de la Chine est sa sécurité nationale, tout simplement. L’exemple de Didi Chuxing est à ce titre révélateur. L’administration chinoise du cyberespace a entamé un examen approfondi de la gestion des données de Didi Chuxing, le Uber chinois, deux jours après son introduction en bourse à New York.

La Chine protège ses données à l’extérieur et l’intérieur de ses frontières

Dans le contexte de rivalité entre les États-Unis et la Chine, les Américains ne sont pas les seuls à redouter de voir les données de leurs entreprises chez le concurrent. Une réglementation est actuellement en discussion en Chine pour imposer un examen à toutes les entreprises ayant des données sur plus d’un million d’utilisateurs souhaitant s’introduire en bourse à l’étranger.

Une règle qui pourrait s’intégrer à la loi sur la sécurité des informations personnelles qui devrait entrer en vigueur en septembre. Cette loi vise à combler les lacunes de la Chine vis-à-vis de la protection des données. Sa portée n’est pas simplement tournée vers l’extérieur, mais également vers les utilisateurs des services des géants de la Tech chinois.

Depuis quelques mois, de nombreuses applications sont supprimées, dont certaines sont possédées Tencent ou encore Alibaba, pour collecte irrégulière des données. Ce mouvement en faveur de la protection des données et de la cybersécurité arrive dans la dynamique de reprise en main de l’industrie numérique par Pékin.