Lundi 12 juillet 2021, Elon Musk témoignait à la barre dans le cadre d'un procès qui concerne le rachat de la société SolarCity en 2016 par Tesla. Les actionnaires à l'origine de la plainte estiment que cette transaction de 2,6 milliards de dollars n'était rien d'autre qu'un sauvetage d'une entreprise en difficulté gérée par les cousins d'Elon Musk, Lyndon et Peter Rive.

Un sauvetage à 2,6 milliards de dollars qui ne passe pas

La plainte a été déposée devant le tribunal de district du Delaware en 2017. Quatre années plus tard, le procès a enfin lieu et les actionnaires de Tesla semblent toujours aussi remontés contre Elon Musk. À l'époque, le patron de Tesla était aussi le président du conseil d'administration de SolarCity, et son principal actionnaire. En injectant 2,6 milliards de dollars avec Tesla, il a donc directement profité de la transaction, tout comme certains de ses amis et les fondateurs de SolarCity, Lyndon et Peter Rive, deux cousins d'Elon.

Le groupe d'actionnaires à l'origine de la plainte estime que : "SolarCity n'a jamais réussi à dégager de bénéfices, s'est endettée et a consommé des liquidités à un rythme insoutenable. La société a accumulé plus de 3 milliards de dollars de dettes en dix ans d'existence, dont près de la moitié devait être remboursée avant la fin de 2017". Pourtant, ce qui est étonnant dans cette histoire, c'est que l'acquisition avait bien été approuvée par le vote de 85% des actionnaires... Elon Musk entend bien baser sa défense là-dessus, ainsi que sur sa vision à long terme pour prouver que cette transaction n'était pas juste un sauvetage.

Elon Musk a-t-il simplement voulu sauver l'entreprise de ses cousins ?

À l'époque du rachat, Elon Musk affirmait que SolarCity deviendrait essentielle à Tesla pour concrétiser sa vision consistant à combiner la fabrication des batteries électriques et des panneaux solaires. Lundi 12 juillet, Musk a expliqué que Tesla avait été contraint de se détourner de son activité solaire pour respecter les délais de production de la Tesla Model 3. Le tribunal cherche surtout à comprendre si le patron de Tesla aurait pu dissimuler des informations importantes aux actionnaires, relatives à la transaction.

Au moment du rachat, on se souvient que SolarCity avait fait les gros titres pour avoir illuminé l'île de Tau dans les Samoa. Une île de 600 habitants. Le procès devrait durer 10 jours. L'affaire sera seulement entendue par le juge Joseph Slights III, vice-chancelier à la chancellerie du Delaware. Si jamais il décidait de donner raison aux actionnaires mécontents, il pourrait ordonner à Elon Musk de rembourser une partie de la transaction, mais probablement pas ma totalité des 2,6 milliards de dollars.