Ces derniers mois, Waymo teste massivement sa technologie de conduite autonome. Elle a transporté des marchandises avec des camions autonomes au Texas et a simulé des accidents réels pour prouver l’efficacité de son système. Si elle a aussi prévu de construire une réplique de ville pour le tester, c’est pour le moment dans une ville virtuelle appelée Simulation City qu’elle essaye ses véhicules autonomes. L’entreprise a introduit son nouveau système de simulation le 6 juillet 2021.

L’entreprise utilise CarCraft depuis 2017, un logiciel qui permet de représenter virtuellement le monde réel afin que les voitures autonomes puissent s’exercer librement. Bien qu’il ait offert de nombreuses données à Waymo pour parfaire son système, la firme indique y avoir trouvé quelques “lacunes”, a indiqué Ben Frankel, chef de produit senior chez Waymo. Parmi elles, l’utilisation de la simulation pour valider de nouveaux véhicules, comme des semi-remorques. Ainsi, elle a décidé de créer un deuxième logiciel, qui viendrait compléter le premier.

Simulation City, un environnement de situation très réaliste pour Waymo

L’entreprise d’Alphabet a présenté Simulation City, un monde virtuel dans lequel elle forme, teste et valide sa technologie Waymo Driver. Au sein du programme, un cube gris avec un sommet bleu représente les véhicules Waymo dans la ville. Les éléments verts simulent, eux, des voitures aléatoires sur la route.

démonstration du logiciel de simulation de Waymo

Simulation City permet à Waymo d’avancer plus rapidement sur ses tests. Crédit : Waymo

Avec ce nouveau logiciel, les ingénieurs peuvent simuler des détails complexes, comme la pluie ou l’éblouissement du soleil. Auparavant, ce type de caractéristiques entravait le matériel de perception du véhicule autonome, ce qui engendrait parfois des problèmes de lecture de feux de circulation par exemple.

SimulationCity synthétise automatiquement des trajets entiers, qui serviront à évaluer les performances de Waymo Driver autant sur des trajets courts que long. L’entreprise indique que cela est rendu possible grâce aux “20 millions de kilomètres autonomes que Waymo Driver a collectés sur le réseau routier, des données tierces telles que les systèmes de données sur les accidents de la NHTSA et les données d'étude de conduite naturaliste du TRB, ainsi qu’à l'accès unique de Waymo à l'infrastructure technique de pointe d'Alphabet”.

Outre cela, la firme utilise l'intelligence artificielle et les données collectées par les capteurs de ses véhicules autonomes déjà en circulation pour générer des images de caméra réalistes pour son logiciel. Waymo affirme que les données de Simulation City sont constamment mises à jour afin d’être le plus représentatif possible du monde réel.

démonstration du logiciel de simulation de Waymo

Waymo met un point d’honneur à avoir des données actualisées, en se basant sur la conduite dans le monde réel (à gauche), permettant de créer des simulations réalistes (à droite). Crédit : Waymo

La simulation est un élément essentiel pour développer des véhicules autonomes. Ce type de programmes permet aux ingénieurs de la société de tester, à grande échelle, des différents scénarios de conduite de la vie quotidienne, et d’évaluer les risques.

“Au fur et à mesure que notre simulation devient plus sophistiquée, nous pouvons évaluer des comportements plus complexes et réunir des statistiques importantes concernant les performances de Waymo Driver, ce qui nous permet de faire progresser et d'accélérer notre technologie de plusieurs manières”, indique la firme. Elle avance sur le développement de nouveaux véhicules et matériels, les charges opérationnelles, et sur le déploiement de sa technologie à plus grande échelle. SimulationCity pourrait l’aider à conserver son avance sur ses concurrents, dont Apple, Tesla et Amazon.