Depuis l’arrivée d’internet, de nombreux moyens ont été développés afin de soutirer de l’argent aux consommateurs. Outre les virus tels que les ransomwares, un logiciel malveillant demandant une rançon afin de laisser le libre accès à un ordinateur ou à des fichiers, l’usurpation d’identité lors des paiements en ligne est l’une des méthodes privilégiées par les hackers. Selon une récente étude de Juniper Research, les pertes causées par ce type de fraude pourraient dépasser les 200 milliards de dollars d’ici à 2025.

Les fraudes liées aux paiements en ligne coûtent cher aux entreprises

Relayée par le média Usine Digital, l’étude de Juniper Research publiée le 5 juillet 2021 souligne les évolutions en termes de piratage par usurpation d’identité lors des paiements effectués sur internet. Selon le cabinet, cette fraude pourrait coûter plus de 206 milliards de dollars aux entreprises entre 2021 et 2025. Nous apprenons aussi que plus de 4,4 milliards de personnes disposeront de porte-monnaie électroniques d’ici à 2025, contre 2,6 milliards en 2020. Une base d’utilisateurs grandissante qui pourrait ainsi étendre le nombre de personnes touchées par l’usurpation d’identité.

Malgré l’implémentation de processus de sécurité améliorés, les hackers arrivent tout de même à passer à travers les technologies des services bancaires par le biais de botnets ou encore de campagne de phishing. Au niveau des cartes bancaires, Mastercard et Samsung annonçaient récemment le développement d’une carte bancaire avec capteur d’empreintes afin d’ajouter encore plus de sécurités aux achats.

Grâce à l’usurpation d’identité des grands organismes bancaires, les personnes malveillantes arrivent à récolter des données personnelles à l’insu des utilisateurs (identifiants, mots de passe, informations bancaires…). Ces détails peuvent ensuite être vendus sur le dark web en toute impunité et dans l’anonymat le plus total. Juniper Research rappelle d’ailleurs que « lorsqu'une place de marché sur le dark web est fermée, une autre apparaît ».

« Les pertes dues à la fraude dans le commerce électronique passeront de 17,5 milliards de dollars en 2020 à plus de 20 milliards de dollars en 2021, soit une croissance de 18 % sur une seule année », selon le cabinet. La Chine serait l’un des marchés les plus touchés avec près de 40 % des pertes liées à la fraude sur les plateformes de commerces en ligne d’ici à 2025, soit plus de 12 milliards de dollars. Cela serait notamment causé par l'hypercompétitivité des entreprises chinoises, menant les différents acteurs à réduire au maximum les coûts, notamment au niveau de la sécurité.

Juniper Research précise que tous les professionnels du secteur se doivent aujourd’hui de trouver un équilibre entre une expérience client fluide et de qualité et la sûreté de leurs plateformes d’e-commerce. Outre une augmentation conséquente des campagnes de phishing, les analystes soulèvent l’utilisation massive des API par les pirates informatiques afin de s’attaquer à des entreprises. Ces dernières font généralement partie de l'écosystème de l'identité et de la gestion des paiements en ligne.