De beaux jours semblent attendre Samsung. Le 7 juillet, le géant sud-coréen a révélé qu’il anticipait un bond de 53,37% de son bénéfice opérationnel au second trimestre de l’année. Les résultats officiels sont attendus pour le 29 juillet.

Le plus grand groupe électronique estime que sur l’exercice allant d’avril à juin, il a généré un bénéfice de 9,3 milliards d’euros. Du côté de son chiffre d’affaires, tous les voyants seraient aussi au vert, avec une hausse de 19%, atteignant 47 milliards d’euros.

La demande de puces Samsung a considérablement augmenté

La pandémie ainsi que les multiples confinements ont eu un impact considérable sur les entreprises, mais ont parfois bénéficié à plusieurs géants de la Tech. En effet, l’augmentation du télétravail et l’instauration du travail hybride pour de nombreux salariés les ont menés à s’équiper de nouveaux appareils, souvent dotés de puces Samsung. Par ailleurs, ils sont nombreux à s’être tournés vers de nouveaux équipements domestiques, comme les téléviseurs, un marché sur lequel Samsung revendique être le leader depuis 15 ans.

Les pénuries de plusieurs composants n’ont pas été aussi importantes pour les puces mémoire, qui sont utilisées autant dans les smartphones, les ordinateurs portables que les consoles de jeux vidéo. Selon le cabinet spécialisé TrendForce, basé à Taipei, le prix des mémoires, et notamment des DRAM, devrait continuer de croître au troisième trimestre, car “la situation de sous-production marquée perdure”.

Ces derniers mois, les prix des mémoires flash DRAM et NAND ont augmenté respectivement de 16% et 5%, a déclaré Sanjeev Rana, analyste technique senior chez CLSA, une société de courtage asiatique. “Les puces de mémoire ne sont pas aussi rares que les puces automobiles, mais la dynamique de l'offre de mémoire est en effet favorable à la tarification en ce moment”, a-t-il déclaré. Comme prévu au trimestre dernier, Samsung aurait particulièrement tiré profit de cette hausse, étant le plus grand fabricant de ces puces.

D’autre part, la firme devrait voir les ventes de smartphones diminuer de 20% par rapport au trimestre précédent, a affirmé Doh Hyun-woo, analyste chez NH Investment & Securities à Séoul. En cause, l’épidémie de Covid-19 ainsi que les nombreux confinements, qui ont eu un impact considérable sur les principaux marchés en croissance, dont l’Inde. “Les sites de production au Vietnam et en Inde n'ont pas fonctionné correctement à cause du confinement lié au Covid-19”, a-t-il souligné.

Malgré tout, la réouverture de son site de production d’Austin, fermée pendant plusieurs semaines en raison d’une tempête hivernale, aurait eu un effet positif sur les résultats du deuxième trimestre. Cette usine produit des semi-conducteurs, qui sont, depuis plusieurs mois, en pénurie.