Si les États-Unis s’appuient sur des constructeurs comme General Motors, Ford et Tesla, cela n’a pas suffi pour les positionner devant la Chine et l’Europe dans le secteur des véhicules électriques. Selon un rapport (pdf) du conseil international sur le transport propre (ICCT) publié en juin 2021, sur les plus de 10 millions d'exemplaires produits en 2020, la Chine est à l’origine de 44% d’entre eux. Pékin se classe ainsi en première position.

Juste derrière, en deuxième position, se trouve l’Europe avec 2,6 millions de véhicules produits, soit 25% de la production mondiale. En se basant sur les prévisions de 2021, l’Europe achète davantage de véhicules qu’elle n’en produit. Entre les stocks et les commandes passées, d’ici la fin de l’année, les ventes en Europe devraient atteindre 3,2 millions d’exemplaires.

Enfin, sur la troisième place du podium se trouve les États-Unis qui détiennent 18% du marché. L’ICCT justifie ce classement par les incitations réglementaires et financières mises en place par les gouvernements européens et chinois en faveur des véhicules électriques.

Au total et au niveau mondial, les constructeurs automobiles ont investi 345 milliards de dollars dans le développement de la mobilité électrique. Sur ce montant, seulement 15% seraient destinés au marché américain, dont 5% dédié à l’augmentation de la production des usines. D’ici 2025, 7 des 44 usines américaines seront entièrement dédiées à la production de véhicules électriques.

L’ICCT prévoit une production de 22 millions de véhicules pour 2025. Parmi eux, seulement 2,3 millions devraient être produits aux États-Unis. The Next Web estime que les États-Unis « risquent sérieusement de prendre du retard sur leurs concurrents ».

Ventes et production de véhicules électriques entre 2010 et 2020. Source : ICCT