Le 24 juin, l’International Brotherhood of Teamsters (IBT), l’un des plus grands syndicats des États-Unis, a tenu une conférence virtuelle. Durant celle-ci, les membres ont voté une résolution promettant de soutenir les travailleurs d’Amazon du pays à se syndiquer.

L'IBT a Amazon dans le collimateur

L’IBT, qui représente plus de 1,4 million de travailleurs dans les secteurs du transport, de la logistique et de l’entreposage, a le géant de l’e-commerce dans le viseur. Le “projet Amazon” est l’aboutissement de plusieurs années de recherches menées par le syndicat. Ce dernier a déclaré avoir suivi la croissance de l’entreprise et s’être entretenu avec des milliers d’employés pour les soutenir de la meilleure façon possible.

À travers ce projet, le syndicat fait d’Amazon une priorité absolue et a déclaré qu’il prendrait “toutes les mesures nécessaires” pour rallier les employés de la firme. Pour cela, il compte également mobiliser certaines associations et autorités. “Amazon représente une menace importante pour les communautés de travailleurs et le secteur de la logistique”, a déclaré dans un communiqué Randy Korgan, le directeur national du projet au sein de l’IBT.

Le géant de l'e-commerce n’a pas fini d’entendre parler des syndicats

Cette annonce fait suite à la tentative de création d’un syndicat dans l’usine d’Amazon à Bessemer, dans l’Alabama. Il aurait été le tout premier au sein des entrepôts de l’entreprise. Avec 1798 votes contre et 738 pour, cela n’a pas abouti. La défaite infligée aux membres du syndicat Retail, Wholesale and Department Store Union (RWDSU), représentant les salariés de la distribution américaine, a laissé un goût amer.

Ce mouvement au sein de l’entrepôt avait eu lieu après que de nombreux salariés aient dévoilé être contraints d’uriner dans des bouteilles. D’autres avaient révélé être privés de pause. Ces conditions de travail déshumanisantes sont régulièrement pointées du doigt. “Il n’y a pas d’exemple plus clair de la façon dont l’Amérique échoue avec la classe ouvrière qu’Amazon”, a affirmé Randy Korgan.

Pour ces raisons, de nombreux employés conservent des aspirations syndicales. C’est pourquoi l’IBT a fait vœu de les aider, tout comme plusieurs autres syndicats, associations et élus. Ils sont nombreux à s’être liés contre le géant du retail. “Il est certain qu’il s’agit d’un combat plus important que ce qu’un seul syndicat est capable de mener”, a déclaré John Logan, directeur des études sur le travail et l’emploi à l’Université de San Francisco.

Après un premier trimestre fructueux, l’étau se resserre autour d’Amazon. En plus des syndicats qui n’en démordent pas, la firme est visée par plusieurs enquêtes, dont une sur de possibles pratiques anticoncurrentielles au Royaume-Uni. Les régulateurs britanniques ont également ouvert une investigation sur la société, craignant qu’elle n’en fasse pas assez pour lutter contre les faux commentaires.