Le gouvernement salvadorien favorise la création de portefeuilles numérique en offrant 30 dollars (environ 25 euros) à l’ouverture d’un portefeuille numérique. Pour recevoir la somme, les habitants du pays devront télécharger et créer un compte sur l’application de cryptomonnaies Chivo. Le Président Nayib Bukele a annoncé cette incitation à l’utilisation du bitcoin le 24 juin 2021, lors d’une intervention sur un plateau télévisé.

Le porte-monnaie numérique Chivo permettra d’échanger des dollars, l’actuelle monnaie officielle du pays, et des bitcoins. Selon Fortune, après avoir saisi sur l’application leur numéro de portable et d’autres numéros liés à leur identité, les utilisateurs reçoivent les 30 dollars ou leur équivalent en bitcoin. « Normalement, lorsque vous recevez de l'argent, vous pouvez choisir si vous voulez des bitcoins ou non, mais ces 30 dollars sont destinés à promouvoir l'utilisation des bitcoins et de l'application » détaille Nayib Bukele.

L’application Chivo peut être utilisée aussi bien pour payer des achats en magasin, que pour retirer des dollars dans les distributeurs automatiques ou encore pour payer ses impôts en Bitcoin. Disponible sur Android et iOS, Chivo signifie chèvre en français.

Au Salvador, la reconnaissance du Bitcoin ne fait pas l’unanimité

Une opposition au projet de loi s’est formée. Parmi ses craintes se trouve celle du remplacement du dollar par le volatile Bitcoin, notamment pour les paiements de salaires. Les opposants estiment que l’irrégularité du cours de la cryptomonnaie fait peser certains risques. Ainsi, un groupe de citoyens mené par le député d'opposition du Front de libération nationale Farabundo Martí (FMLN) Jaime Guevara porte une action en justice contre le projet de loi. Le mouvement pointe du doigt le manque de débats entre les députés sur son adoption.

« J’intente un procès pour inconstitutionnalité contre le décret émis par la Loi Bitcoin pour être un décret dépourvu de légalité, de fondement, sans considérer l'importance et les effets néfastes qu'une telle loi causera au pays. La loi Bitcoin c'est piller les poches des gens, c'est une exonération d'impôt, ils veulent nous forcer à faire du commerce », accuse l’un des citoyens du mouvement d’opposition rapporté par El Mundo.

Sans grande surprise, le Président du Salvador réfute les accusations de l’opposition. « Cette loi est faite pour générer de l'emploi, pour générer des investissements, et à aucun moment elle n'affectera qui que ce soit, comme les opposants ont essayé de le dire avec leur campagne déloyale », affirme Nayib Bukele. Le Président soutient qu’il n’y aura aucune incidence néfaste : « Y a-t-il des avantages ? Oui, beaucoup. Y a-t-il des conséquences ? Non, aucunes ».

La première annonce de la reconnaissance du bitcoin comme monnaie légale remonte à la conférence de Miami sur le bitcoin qui s’est déroulée les 4 et 5 juin 2021. Avec une loi votée le 9 juin, le Congrès du Salvador a fait un premier pas vers cette reconnaissance. Le pays d’Amérique centrale a demandé l’appui de la Banque Mondiale pour ce développement, mais l’aide a été refusée pour des raisons environnementales et de transparence. La loi bitcoin doit entrer en application le 7 septembre 2021.