Initialement, Nvidia avait prévu de dépenser 55 millions de dollars pour fabriquer son supercalculateur Cambridge-1. Quelques mois seulement après cette annonce, Jensen Huang, le CEO de Nvidia, affirme que le coût de cette technologie pourrait dépasser les 100 millions de dollars. Selon Reuters, il s'agit d'un projet de très grande envergure, qui tient à cœur à Nvidia.

Le coût du supercalculateur Cambridge-1 pourrait dépasser les 100 millions de dollars

C'est à l'occasion du Six Five Summit, qui se tenait du 14 au 18 juin 2021, que Jensen Huang a annoncé cette nouvelle. Il prévoit finalement que sa société dépense au minimum la somme de 100 millions de dollars pour développer le fameux supercalculateur Cambridge-1. Une technologie destinée à améliorer la recherche médicale. En réalité, il faut s'attendre à ce que l'investissement total soit encore plus conséquent...

En effet, Nvidia ne compte pas s'arrêter là : l'entreprise souhaite implanter un second supercalculateur à Cambridge utilisant ses GPU et les CPU Arm. Le projet à 55 millions de dollars, initialement annoncé, est désormais bien loin. Jensen Huang parle du "plus gros investissement de Nvidia". Lorsqu'il sera terminé, le supercalculateur Cambridge-1 sera le plus puissant du Royaume-Uni. Selon le CEO de l'entreprise, il doit être opérationnel d'ici la fin de l'année.

Une machine surpuissante au service de la recherche médicale

Comme l'expliquait Nvidia, cette machine surpuissante sera alimentée par "80 systèmes DGX A100 et dotée d'une capacité de calcul de 400 pétaflops pour le deep learning et 8 pétaflops de performances Linpack". Selon Jensen Huang, la raison d'être du supercalculateur Cambridge-1 est d'améliorer la recherche sur le Covid-19. De manière générale, il devrait permettre de réaliser des avancées dans le domaine médical.

Parmi les premières utilisateurs de cette nouvelle machine, on retrouvera certainement les deux géants britanniques GlaxoSmithKline (GSK) et AstraZeneca, ainsi que des chercheurs du NHS (National Health Service), du King's College London ou encore d'Oxford Nanopore Technologies.

La fabrication du supercalculateur Cambridge-1 n'est que le début de l'aventure pour Nvidia. La société britannique précise qu'un autre supercalculateur de pointe, utilisant les GPU et les CPU Arm, verra le jour dans quelques années.

Tout s'accélère pour Nvidia depuis l'acquisition d'Arm à l'automne dernier. Une société basée à Cambridge, considérée comme le joyau de l'industrie britannique depuis déjà plusieurs années. Ce rachat doit permettre à Nvidia de créer "la plus grande entreprise informatique du monde". Le projet de fabrication d'un supercalculateur d'intelligence artificielle a évidemment motivé ce rachat.