Après plusieurs années de controverse, Snapchat décide finalement de désactiver son "filtre de vitesse". Même s'il n'est pas totalement absent de l'application, il est au moins plafonné à 56 km/h, ce qui devrait permettre d'éviter de nouveaux accidents. En effet, les parents de deux jeunes hommes ont décidé de poursuivre Snapchat car ils affirment que le "filtre de vitesse" présent sur l'application a encouragé leurs fils à conduire à des vitesses beaucoup trop dangereuses. Trois personnes sont décédées au cours de cet accident.

Le "filtre de vitesse" sera finalement plafonné à 56 km/h

Snapchat ne veut pas prendre de risque et affirme que : "rien n'est plus important que la sécurité de notre communauté Snapchat". C'est pour cette raison que le réseau social a décidé d'agir. Le "filtre de vitesse" sera désormais plafonné à 56 km/h et un avertissement sera envoyé aux utilisateurs qui tentent de le dépasser. Pour rappel, ce filtre permet aux automobilistes, utilisateurs de Snapchat, de partager leur vitesse. Cette fonctionnalité de Snapchat a déjà été liée à plusieurs accidents de voiture impliquant des adolescents et des jeunes adultes.

Dans le Wisconsin en 2017, ce fût l'accident de trop. Trois hommes, deux jeunes de 17 ans et un de 20 ans, sont morts lorsque leur voiture a percuté un arbre. Il était un peu moins de 19 heures quand le conducteur a accéléré à une vitesse nettement supérieure à la limitation. Selon les documents judiciaires, un dernier Snap a capturé la vitesse des garçons à 123 mp/h, ce qui fait quasiment 200 km/h. Voilà pourquoi Snapchat est directement mis en cause dans cette affaire.

Cette fonctionnalité a pu encourager des excès de vitesse

Il est précisé ceci : "indépendamment de la question de savoir si Snapchat avait l'intention d'encourager les excès de vitesse dangereux, Snapchat savait ou aurait dû savoir qu'il encourageait, de fait, les excès de vitesse". Joel Feldman, le président de End Distracted Driving, une association de prévention routière, a déclaré ceci à BBC News : "une fois que vous découvrez que le filtre de vitesse est utilisé de cette façon, n'est-ce pas la responsabilité morale de celui qui dirige l'entreprise de mettre fin à une telle fonctionnalité".

Selon plusieurs associations de prévention routière, cela ne fait aucun doute : "l'application encourageait une conduite imprudente et trop rapide". Avant de se décider à désactiver son "filtre de vitesse" , Snapchat a d’abord défendu cette fonctionnalité. Ce n'est qu'après l'arrivée des premières poursuites judiciaires, que la société a fini par rétropédaler pour finalement limiter l'utilisation de ce filtre. La fonctionnalité a par ailleurs été cachée dans un menu séparé. Il est plus difficile d'y accéder aujourd'hui qu'il y a quelques mois.

Dans une déclaration officielle, Snapchat a déclaré avoir "désactivé le filtre de vitesses de conduite". Cela ne sera pas automatique, il faudra quelques semaines pour que le filtre disparaisse de l'application des 500 millions de personnes qui utilisent Snapchat.