Lors d’un événement organisé ce jeudi 17 juin, Baidu a dévoilé un nouveau robotaxi baptisé Apollo Moon et conçu en partenariat avec BAIC, constructeur automobile détenu par l’État chinois. Objectif : le déployer sur les routes de grandes villes du pays d’ici trois ans.

Alors que le secteur de la conduite autonome séduit de plus en plus de géants technologiques, qu’ils se trouvent en Chine ou aux États-Unis, Baidu fait d’ores et déjà figure de cador dans le domaine grâce à sa technologie Apollo, lancée en 2017. L’entreprise assure qu’elle détient désormais plus de 2 900 brevets liés à la conduite intelligente, ainsi que 244 licences d'essai routier en Chine, accumulant plus de 12 millions de kilomètres d'essai.

En effet, le géant chinois teste ses véhicules autonomes dans différentes villes du pays, et notamment Pékin, où ils circulent sans aucun conducteur de sécurité. Avec son nouveau véhicule, Baidu souhaite passer à la vitesse supérieure : « Le lancement d'Apollo Moon est une avancée importante qui témoigne du lien puissant entre la technologie chinoise de pointe en matière de conduite autonome et la plateforme de véhicules intelligents la plus avancée », a ainsi déclaré Zhenyu Li, vice-président de Baidu et directeur général de l'Intelligent Driving Group (IDG).

À 75 000 dollars, la firme estime qu’Apollo Moon est le véhicule autonome le moins cher à produire au monde, il s’agit en effet d’un tiers de ce qui est requis pour la confection d’un véhicule de niveau 4, c’est-à-dire ceux qui peuvent rouler sans conducteur de sécurité mais dans des conditions spécifiques, comme une météo clémente par exemple. L’entreprise souhaite déployer près de 1 000 robotaxis Apollo Moon dans les rues chinoises d’ici trois ans, une manière de rendre rentable son activité de conduite autonome qui, même si elle est avancée d’un point de vue technologique, fait perdre beaucoup d’argent à Baidu.

Véritable Google chinois, Baidu peine à faire face à l’émergence d’autres géants de la tech dans son pays, à l’image de ByteDance et de Tencent, et a donc décidé de diversifier ses activités, notamment dans le secteur automobile. En plus de la conduite autonome, la firme souhaite aussi commercialiser son premier véhicule électrique dans trois ans.